Partie de pêche à  la mouche sèche … façon de parler !!

Petite pluie incessante sur le depuis le matin

Pêche sur la Grande Nive entre Bidarray et Louhossoa de 19h à  … la fin. Petite pluie ininterrompue sur toute la partie, ou presque, pas de vent, niveau 0,66 m à  OSSES chez vigicrue, eau claire. 

Les truites sont dehors à  picorer des éphémères ou quelques rares sedges au coup du soir. Pas des “cracker fish”, mais des truites entre 30 et 40. Pas sur les bordures, mais plutôt pleine eau, en fin de lisse, ou juste avant l’accélération. Je ferai 5 truites ce soir (mon record en nombre de truites sur une partie de pêche en 2010), et prendrai surtout une leçon… deux leçons même 🙁

Je ferai 5 truites de 31 à  37 cm en mouche séche …

… même si l’adjectif sèche ce soir est un euphémisme. Je ferai mouche comme souvent dans ces conditions humides.

Je louperai, casserai, effraierai 3 poissons a priori de taille, surtout celle cassée qui me nargua jusqu’à  ce que je l’attaque avec une pointe très longue, Au fait cassée pourquoi ? Ferrage un peu vif …?… oui … certainement, mais connerie … assurément. Je m’explique plus loin … 

La première truite se refusera à  moi

D’entrée, je commence sur un lisse, avec un très gros poisson installé. Il fait régulièrement surface et montre  sa queue après avoir aspiré un truc à  la surface. Le signe des grosses. Et bien cette truite refusera plusieurs fois de monter sur ma pointe d’à  peine 1 m. Elle serait montée sur la même mouche sur une pointe de 2 m avec un lancer courbe. La bonne présentation … tellement essentiel. Leçon N°1 …

Une autre truite un peu plus haut sera plus coopérante.

xxx

Arrivé sur un spot plus haut, de gros gobages bien gras attirent mon regard. 

Quelques passages avec une march brown ailes en chevreuil (il pleut et le cul de canard …). La truite refuse mon imitation. Je dois changer. Une mouche en poils, plus discrète, pour imiter les petites éphémères qui dérivent … Une émergente avec toupet de chevreuil gris. Corps olive gris sale, quelques cerques en coq, un thorax en lièvre, hameçon de 18 Tiemco 401 (le 405 serait mieux). Ce sera la star de la soirée, du moins ce modèle, car cette mouche-là  ne fera pas long feu au bout de mon bas de ligne. 

Mince, un noeud au milieu de ma pointe de 2 m en fluorocarbone … solution à  la con, un noeud baril, mais jeter 2 m de fluororocarbone … au prix où est le Mirage Maxnot d’Orvis … donc, noeud baril, en serrant les fesses car un baril sur du fluorocarbone ! Je sais, un peu couillon le type , mais on ne se refait pas. Au passage, je constate un noeud simple sur le porte-pointe en maxima 15/100e. Je me dis que le fluorocarbone cassera avant. Crois-y !

La truite regobe. 

Je suis bien placé un peu en aval, sur un promontoire rocheux, un petit lancer sans difficulté. Première dérive, deuxième … Je ne pêche pas assez mou. J’oriente ma canne un peu plus vers le bas pour faire un lancer très courbe. La mouche tombe bien…. et dérive sur la bonne zone. Au ralenti, la truite goba mon imitation. En accéléré je ferrerai, avec une magnifique et immédiate casse au niveau du noeud du porte-pointe. 

Nous en déduirons la formule halieutique suivante, très utile vous allez le constater :

(noeud baril/mirage 6X)>=(noeud simple/maxima 15/100e)

Quelques photos des truites de cette soirée :

C’est pas beau ça ?

un beau poisson de 37

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

3 réponses

  1. seb dit :

    bonjour
    tout d’abord felicitation pour cette jolie partie de peche ainsi que ce beau récit, c’est impressionnant comme cette riviere qui des jours semble si vide se reveille lors d’épisode pluvieux.
    jolie partie aussi pour moi hier aussi avec 2 truites moyenne et une belle casse sur il me semble une grosse memere.
    dans la semaine j ai atrapé une truite avec ma mouche et une autre qui était toujours accroché a son bec, pour info elle est repartie a l eau sans aucune mouche, cela m inquiete j’ai une facheuse tendance a ferrer comme un ane quand je m y attend pas avec pour effet direct une casse. depuis cette decouverte je me pose comme question:
    est ce que nos mouches restent dans leur bec et risque de les tuer?

    ou au bout d'un certain les truites s en débarrasse ? je te pose cette question car étant un ferveur no killeurs tu as déja du te la poser.

    d avance merci, au plaisir de te lire et pourquoi pas te rencontrer un jour sur nos joyaux

  2. mantos dit :

    Bonsoir,
    Hier 22 avril 14 h, retour sur Baigorry, l’eau y est claire, les fonds aussi!!!
    Il a plu jusqu’a midi me dit un très jeune pecheur. Pas de vent. Les conditions me plaisent. J’attaque mon spot. Cinquieme passage sur un bord de berge et une belle fario monte. Ferrage raté. ça commence bien (elles sont dehors). La partie de peche de l’après midi se resumera a cinq décrochages, six ferrages dans le vide et cinq belles farios de sortis (de 25 a 30 cm). La moitié de la partie de peche s’est deroulée au sec l’autre sous une pluie fine qui n’a pas cessé jusqu’a la fin. Pas d’incidence sur l’activité des truites. Certaines gobaient, pour d’autres, il a fallu les tenter en prospectant les postes. La seche, une araignée de 18, corps herl de vautour, hackle roux et gris… Pas un pecheur en vue, le calme, des truites bref une sortie comme je les aime. J’oubliais, a deux reprises alors que j’avançais dans l’eau jusqu a mi cuisse j’ai eu droit a deux gobages juste sous la pointe de ma 9 pieds. Une approche soignée (je doute !!) des truites en folie après leur casse croute surement…Il y a des fois comme ça.

  3. Fred dit :

    merci les gars pour vos commentaires et comptes-rendus.
    Réponse à  Seb : a priori, un hameçon cassé dans la lèvre ne tuera pas une truite. Dans les branchies … ? Pas bon à  mon avis. Mais plus que le piercing que tu pourrais lui laisser, je fais de plus en plus attention à  abréger les combats, et donc à  ne pas pêcher connement trop fin. J’ai probablement tué l’an dernier mon record sur la Nive, pourtant pas travaillée trop longtemps, photographiée sans excès, réanimée longuement, relâchée proprement, mais découverte sur le flanc quelques minutes après. Je crains qu’elle ne soit morte par la suite.
    Ayant vécu de nombreuses années à  la Réunion, j’ai des souvenirs d’avoir pêché des thons bananes (wahoo) et thons dents de chien avec de nombreux hameçons dans l’estomac, “flottants”, ou carrément planté dans la paroi, quelquefois ressortant sur le flanc. Mais les truites sont surement plus sensibles.

    Mantos : une truite s’est mise à  gober sous ton scion … va lire mon dernier billet, partie de vendredi soir.
    salut les gars, à  bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer