la magie de la manne blanche

Le soleil vient de se coucher, tout est calme … Mon pote le chevreuil, un habitué du lieu, ne fait pas cas de ma présence et grignote les branches basses de la végétation rivulaire, juste face à  moi. Seules quelques truitelles gobes bruyamment de ci de là . Comme la plupart de journées de cette fin de saison, il n’y a pas eu d’activité de surface sur la Grande Nive, tout ce jouant au coup du soir. Au coup de la nuit devrais-je dire. Elles vont encore sortir ce soir, j’en suis sûr. Je les attends … les truites aussi. Dans quelques minutes va commencer l’émergence d’une éphémère très particulière … oligoneuriella rhenana …

L’oligoneuriella : il neige en plein mois d’août !

Je n’avais jamais vraiment remarqué cette manne blanche (1) les années précédentes. Peut-être à  cause des spots que je pratique habituellement, plutôt des grands lisses, des bordures calmes … Cette éphémère possède un cycle de vie aérien très court, et très remarquable. Remarquable par sa grande taille et son aspect massif. Remarquable par sa tonalité, très claire, presque fantomatique. Remarquable par son vol horizontal très rapide de l’amont vers l’aval, et vice versa. D’abord une ou deux, puis des dizaines, des centaines. Des grosses, les femelles, poursuivies par des nuées de mles, plus petits. L’accouplement a lieu en l’air, les oeufs fécondés sont ensuite déposés par la femelle à  la surface de la Nive, comme un canadair chargeant son eau. Une fois son devoir accompli, elle se laissera choir pour rejoindre les nombreux mles qui agonisent déjà  à  la surface et dérivera dans le courant jusqu’à  ce qu’une gueule affamée la gobe violemment. Nous sommes fin août,  et les truites, invisibles la journée, vont se réveiller en même temps que le cycle aérien des oligoneuriella. Une aubaine durant l’été alors que les mouches sont plutôt petites, et rares la journée, sauf retombée de fourmis.

Photo d’un spent d’oligo  :

mouche-oligoneuriella-rhenana-fin-saison2013-004.jpg

et d’une probable exuvie de l’oligoneuriella :

Ces retombées massives, un peu comme s’il neigeait à  l’horizontale,  provoquent une belle activité des truites. D’abord sur les émergentes, plein courant, dans les accélérations notamment (ou vit cette éphémère au stade de nymphe). Puis, quelques imagos se feront croquer en plein vol, essentiellement par de petites truites. C’est surtout au stade de spent que l’oligo déclenchera la folie chez les poissons. Truites, vandoises, et aussi barbeau, j’en taperai un dans le noir, combat qui me fera penser à  un saumon durant quelques minutes.

Quelle imitation pour l’oligoneuriella rhenana ?

Alors quelle imitation utiliser ? Un sedge clair ? non, aucune montée … Un grand spent très clair ? Essayé, rien de concluant (corps trop fin je pense). Un gros cul de canard clair ? Oui, faute d’une imitation plus réaliste. Lors des dernières parties je pus essayer un montage mis au point après avoir bien observé les spents. Des ailes à  plat ou presque, de forme delta, en cul de canard blanc ou gris très clair, un corps court et large en matériaux plastique transparent, cerclé de vert olive, sur un hameçon fin de fer (103 BL N° 11 ou SLD N° 10). Un thorax clair de gros poils de lièvre, soutenu par quelques tours de coq crème, coupé à  plat sous l’hameçon. En résumé, une bonne grosse mouche très claire, qui flotte bien, qui se voit bien. Il faut en effet pêcher un peu -trop- tard, presque à  la nuit dans ces parties encaissées de la Nive.

Ma proposition d’imitation :

montage-mouche-oligoneuriella-rhenana.jpg

Elle est améliorable :

  • corps plus renflé et plus court
  • cerclage plus discret (olive plus clair)
  • cerques plus courts (mais un peu long, ils tiennent mieux la surface)
  • couleur des ailes en cul de canard : pourrait être plus grise, mais le blanc se voit plus longtemps au crépuscule. Lors de leur vol nuptial, les oligoneuriella paraissent plus claire que ne laisse croire leur spent, avec des ailes diaphanes grises.

Je me suis régalé de ces rendez-vous nocturnes. Trop brefs la plupart du temps, à  cause du cycle court entre l’émergence et la retombée des spents, mais surtout à  cause de la tombée de la nuit.  Je pris ces soirs-là  quelques truites, pas des monstres, 38 cm maxi si je me souviens bien. Mais quel plaisir que ces parties de pêche du soir. Seule la pêche à  la mouche me met dans cet état de fusion avec la nature. Se fondre dans le rythme des choses, dans la nature … et au milieu coule la Nive, encore et toujours ..

Ah la magie de la manne blanche ! … vivement 2014 … ! …

(1) le terme “manne blanche” désigne aussi une autre éphémère : le Polymitarcis virgo, très proche de l’oligoneuriela rhenana.

[Total : 3    Moyenne : 3.3/5]

6 réponses

  1. LATASTE André dit :

    Bonjour Fred,
    J’ai bien connu ces retombées d’oligos sur la Grande Nive. La première fois ce fut dans la deuxième quinzaine d’Août en face du camping Narbaitz à  l’aval de S-J-P de Port.
    Je me souviens avoir tiré mon épingle du jeu avec des imitations de mouches de mai. Des minutes inoubliables où dans l’obscurité
    quasi totale les gobages bruyants
    se faisaient entendre. Ce soir là ,
    mon épuisette automatique Stainless
    que je possède encore, s’ouvrit à  plusieurs reprises, au grand dam d’un ami qui pêchait à  l’aval et qui ne comprenait pas les raisons
    de mes succès.

    Ce fut une bien belle soirée,de celles qui vous marquent toute une vie de pêcheur à  la mouche.

  2. fred dit :

    slt André
    en effet, des soirées magiques … la mouche de mai est très approchante, en effet.
    Mon pote Nico en a tapé avec une émergente cripple sauce ricaine un peu comme ça : http://i1.ytimg.com/vi/AmrBNMY4OPM/… un truc que j’avais monté pour le Montana, mais que je n’ai jamais essayé auparavant.
    Un truc que je n’avais pas précisé dans l’article, c’est que j’ai tapé pas mal de truites sur les oligos, gobant en fin de dérive sur le début du dragage du à  l’arraché. L’insecte vrai doit pas mal gigoter avant de mourir, ça stimule les truites aux aguets.
    Bonne soirée !

  3. Jean-Seb Le Man dit :

    Merci de m’en avoir appris davantage sur cette mouche qui m’a fait pas mal batailler pendant les coups du soir de l’été dernier.

  4. fred dit :

    @ Jean-Seb
    Tu en as donc vu aussi beaucoup ? sur les zones rapides je pense ? et haut sur la ou les Nives ?
    a+

  5. Jean-Seb Le Man dit :

    Oui, beaucoup d’éclosions surtout au mois d’Août mais à  une heure très tardive, principalement sur le courant central de la rivière, entre 1 et 2 km en aval de Garazi pour ma part.

  6. fred dit :

    merci Jean Seb
    moi j’étais plus bas aval Bidarray. Je l’ai aussi constaté amont louhossoa. Tu constates ça tous les ans ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer