Coup du soir – une peute sinon rien !

10 jours sans pêche à  la mouche 

Celà  fait une dizaine de jours que je délaisse ma Nive pour des tentatives de pêche aux leurres de surface dans l’Adour à  Bayonne pour la louvine. Aucune louvine de taille ramenable à  la maison (au dessus de 42/45, maille à  36). Frustré d’écailles, il me faut une dose de Nive et de gobages. Il est 19h ce dimanche. C’est avec ce désir de vengeance que je roule vers Bidarray. 44 et 38 cm, ça fait combien ?

Etiage sur la Nive : pas assez de pluie au Pays Basque

Etiage sur la Nive. Pas assez de pluie au Pays Basque (vous lisez bien : PAS ASSEZ DE PLUIE AU PAYS BASQUE !!!!!!!!!!). 0,48 m d’eau à  OSSES selon Vigicrue. Temps devant être pluvieux dans la journée et soirée, mais rien, juste quelques nuages et 3 gouttes vers 22h. Un temps plutôt chaud, lourd. L’eau se réchauffe également. Des algues gluantes parsèment le fond sur les bordures sans courants. c’est l’étiage. Comme toujours, cet état n’est pas favorable aux gobages en dehors du coup du soir dans les courants. Ca se passera exactement comme ça. Presque comme ça.

Premier poisson : équipé de rétroviseurs avec verres polarisants intégrés

Elle gobe sur une bordure, sur la fin d’une veine de courant. Entre 20 et 50 cm d’eau lui suffisent. J’ai un gros reflet, et même les lunettes polarisantes ne m’aident pas. Elle gobe a qui mieux mieux… jusqu’à  ce que j’arrive à  12 m d’elle en aval, pour me positionner. Elle interrompt ses gobages immédiatement. Ai-je fait fuir une de ses copines qui l’a prévenu au passage ? a-t-elle des rétroviseurs avec verres polarisants intégrés ? Les truites ont-elles mis un système de videosurveillance sur les berges, ? Toujours est-il qu’1/4 d’heure après, je suis encore là  à  me poser la question. Elle a gagné, mais je l’aurai un jour … comme d’autres

Deuxième poisson : dito

Le deuxième poisson un peu plus haut, je le connais. Comme sa copine qui gobine 4 m plus haut. Des artistes du gobage. Que dis-je : des aristocrates du gobinage ! Je les espionne, elle me détectent, depuis plusieurs semaines. Je suis sûr que ce sont les même. Sur leur bordure, collée contre la berge, nourries par des veines d’eau constamment changeantes. Un casse-tête pour le moucheur. Tout calcul est hors sujet. La chance est essentielle. 

Le posé mou n’est pas la solution béton : les spires se font entrainer et les posés mous se soldent souvent par un draguage catastrophique. pour ajouter de la complication, seul un positionnement au milieu de la Nive, plein courant peut me laisser des chances. Par contre, la veine principale tire rapidement ma soie au sortir de la canne, donc mendings amont obligatoire, mais discrets (nous sommes travers du poisson).

Ce deuxième poisson attendra mon 3 ou 4ème draguage pour stopper son activité. Impossible à  faire. Peut-être avec une pointe de 3 m. J’ai la flemme, lui aussi , de monter sur ma mouche. Sa copine en amont s’active toujours. Je vais m’occuper de son (en)cas… en cas …

Troisième poisson : la chance me sourit

Photo de truite fario en peche a la mouche au Pays BasquePremier posé (mou) : draguage. Deuxième également. Mais par chance, elle n’a pas du voir ma mouche-scooter-des-mer. Le troisième posé, je vais le tenter juste quelques cm au-dessus d’elle, très précis donc, mais nécessairement plus tendu que d’habitude. Précis donc, mais avec moins de temps sans draguage. Au lieu d’avoir une mouche pêchante 3 ou 4 secondes, là , c’est à  peine 2 secondes que la truite aura pour gober. Et ça lui suffira ! Un gobage discret auquel je réponds par un ferrage adéquat. Elle est pendue ! Et là  commence un combat ourd, probablement 5 bonnes minutes. Elle ne fera aucun saut (elle est grassouillette la bougresse). Mais combattra en force, gueule ouverte, prenant l’eau au maximum. La stratégie du rapala en quelque sorte. Branlé en 12,7/100e (fluorocarbone ORVIS MIRAGE), je suis en confiance. Elle viendra à  la raquette après quelques péripéties. Une magnifique et grassouillette truite fario de la Nive de 44 cm. Dans mon top 5 cette saison.

Photo de truite fario en peche a la mouche au Pays BasquePhoto de truite fario en peche a la mouche au Pays Basque

Photo de truite fario en peche a la mouche au Pays Basque

Elle repartira en bonne santé. Je l’aurai … un autre jour … je l’aurai !

Au fait : sur quoi a-t-elle mordu ? Sur une peute Monsieur ! Une vulgaire peute sur hameçon 19 103 BL. La mouche la plus simple à  monter, la plus môche. Mais une bête de persuasion, plus vraie que nature. Comme par hasard, juste avant ce pool, je trouvai sur un rocher 5 ou 6 plumes de flanc de canne, la base du montage des peutes. Un signe du festin  destin. En effet des sedges (euh … trichoptères) dérivent deci delà . Des émergents, des dérivants, des spents … sedges à  tous les étages !

Quatrième poisson : cassé

Plus en amont, elle gobe en plein courant. Un bon posé (toujours une peute). Un bon gobage. Un ferrage à  la con : un bonne casse ! J’avais eu la bonne idée de ne pas changer ma pointe au poisson précédent, ou après les 3 accroches dans les arbres qui suvirent. Bien fait pour ma gueule.

Cinquième poisson : une belle truite de 38 cm

Je ponctuerai la soirée avec elle, combattue en force dans 20 cm d’eau, puis relà¢chée, sur la fin du lisse qui m’accueillit en cette douce soirée de juillet. 

[Total : 3    Moyenne : 2.3/5]

4 réponses

  1. mantos dit :

    Comme quoi, une peute ça ressemble a rien mais c’est toujours efficace. Pour le coup du soir, je peche souvent avec une double collerette (bi palm) plus ou moins claire, blanche s’il fait vraiment sombre. Une mouche d’ensemble. Quand j’ai commencé a pecher a la mouche, je ne savais pas quoi mettre au bout du fil. Un jour j’ai trouvé au bord de l’eau une boite noire en plastique pour pelicule photo. Dedans il y avait 10 mouches. Des araignées grises a corps jaunes et des doubles collerettes claires corps jaune… Depuis j’ai bien compris qu’il n’y avait pas besoin de centaines de mouches pour pecher les nives! Bon il y a toujours le plaisir du montage mais avec 4 ou 5 modèles simples a monter en differentes tailles (14 à  20), un cou de coq gris, un roux un peu de vautour, du col vert, du fil noir et jaune… Les mouches faut les monter avec les materiaux que l’on a sous la main ou a portée de fusil!!! Et le cormoran c’est comment a travailler sur un etau? Les bécasses il y a bien longtemps que je les laisse tranquilles!

  2. Mathieu dit :

    La truite de 44cm est vraiment belle!!!!
    il a plu cette nuit, cela laisse présager de bonnes parties pour les jours suivant!!!enfin c’est ce que j’essaye de me dire…..
    adio

  3. patneze dit :

    Salut,

    la palm devient plus dure ces temps ci avec l’étiage. Mais tu fais encore de superbes coups de ligne et de belles photos. Bravo.

    Pat

  4. patneze dit :

    Au fait, as tu reçu mon message ?

    Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer