Che va piano, va sano, et va … crescendo !

Une partie sympa en ce dimanche soir sur la Grande Nive …

à  Louhossoa. 0,87 m d’eau à  OSSES. Temps couvert. Eau plus claire. L’envie de découvrir, ou redécouvrir un coin. Toujours faire attention à  la routine, aux coins que l’on connait par cœur (ou que l’on croit connaitre). On y prend moins de plaisir à  terme. J’adore ces parties pour la première fois sur un spot : en éveil, aux aguets, concentré … Je veux retourner sur un spot que je pratiquais il y a … 3 ans. Direction Louhossoa.

micro-dragage, maxi refus

Là  où le surlendemain, je ferai les deux locataires de l’endroit, ce dimanche soir, je suis moins bon. Objectif bordure et pêche à  l’indienne.
La première : bien tranquille sur sa bordure, elle occupe magistralement 3 m de largeur de courant, sous les frondaisons. Elle gobine des petites choses qui lui passent au-dessus de la tête. Seule possibilité : l’attaquer depuis le plein aval. Toujours très délicat (ne pas lui faire passer le bas de ligne -et encore moins la soie-, au dessus de son museau). Une poignée de passages progressivement placés presque idéalement, et elle me gratifie d’un refus : micro-dragage, maxi refus ! J’essaierai d’autres mouches, mais rien à  faire, elle ne veut plus rien, et ne gobine même plus.

Sa voisine d’amont, par contre, continue à  gober.

Un beau poisson a priori (cf billet du mardi 2 juillet). Approche discrète (malgré un trou d’eau piège), elle ne gobe plus. Je me cale contre une souche et mâchouille une brindille. Je veux attendre qu’elle remonte. Elle remonte en effet. Un passage un peu mou de mon émergente du moment, et elle prend ma mouche. Ferrage immédiat (trop ?) je la picote, mais ne la pique pas. Elle s’ébroue, râle un bon coup (ah, le râle de la truite mâle au fond des gorges de la Nive !), et file dans son bunker. Vexée, … moi aussi. Perdant-perdant aujourd’hui !

J’avalise !

Plus en aval, un plat se lamente de mon absence : il ne voit personne en ce moment, la vie est un long fleuve tranquille pour lui. Je descend donc et me positionne en aval d’un gobage discret, mais prometteur. posé, ferrage … c’est une vandoise. Promptement relâchée pour retourner à  son destin de vandoise. Un autre gobage, ça à  l’air plus sérieux … quoique, encore une vandoise encore ! Quelques posés, et hop ..; gobage, gros combat, démarrage, sauts … et décroche en arrivant à  l’épuisette. Un poisson de 38/41 cm a priori. Dommage, mais ça s’améliore. Au fait : décroche avec un 206 BL en 18.

Peu après, autre gobage,

…posé, ferrage, le poisson y est. Il y est toujours, ça s’améliore ! Un combat vif, le poisson passera rapidement dans la raquette et sera photographié comme toutes les candidates aux casting que Fred organise régulièrement sur la Grande Nive. Sauf que la photo de la belle est plutôt moyenne, obscurité oblige et difficulté de mise au point de mon optio W30 dans ces conditions de pénombre.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer