Fin d’après-midi et coup du soir sur la Nive à  Louhossoa

La Nive à  nouveau pêchable après de belles crues

La semaine passée ne fut pas favorable : trop d’eau, des eaux chocolatées, tout ce qu’il ne faut pas pour pêcher à  la mouche. Ca devrait le faire ce soir …

Et bien non, ou plutôt moyennement. Je pêcherai de 18h au crepuscule. Rien jusqu’à  la fin. Quelques mini-gobages discrets de chez discret, des gobages cul-serrés. Un gobinage, et pluis plus rien pendant 20 min. Ja passerai ma partie de pêche à  attendre le gobage qui ne vient pas. Le temps est pourtant favorable (couvert), le niveau aussi avec 1m d’eau à  OSSES sur Vigicrue. La lune peut-être ?

Toujours est-il qu’à  l’extrème fin de la partie, toujours aucun poisson ayant gobé ma mouche. Fred un peu frustré. Trouver un gobage. Il fait presque nuit. Je tente le tout pour le tout : direction le secteur du Bronx.

 J’y suis passé deux fois dans la partie, rien à  chaque fois, et à  chaque fois, la surprise, ou plutôt l’étonnement de ne pas y voir de poisson actif. Un peu galère pour y retourner : passage en eau profonde, contournement de ronciers … Bref, j’y suis. 

Une belle fario nommée “Ines Trémis”

Et un poisson est aussi à  table. Deux poissons peut-être. De discrets gobages troublent la surface en fin de courant. On y voit très peu, mais assez pour esayer de tenter la belle, ou supposée telle. Je pousserai même le vice à  changer de mouche. Les passeurs de fil acquis l’an dernier me simplifie vraiment la vie. J’opte donc pour un sedge bénard, la parfaite alliance cul-à -cul d’une bécasse et d’un canard 🙂

Lancer à  une douzaine de mètres, éviter les branches surplombantes. Ok. Voir la mouche … pas ok ! Il va falloir ferrer au jugé. J’écarquille mes yeux au maximum et essaye de suivre le secteur où dérive ma mouche. Je crois la distinguer. Gobage à  coté. Ferrage-on-ne-sait-jamais ! Elle est au bout. J’ai le sentiment d’avoir un monstre au bout. Elle est très lourde, fait des accélérations incroyable … Elle visite les branches de tout mon coin. Incroyable, la pointe ORVIS tient toujours. Ce doit être un poisson de 60 …

Elle finit par se rendre. Elle ne fait pas 60 cm, mais seulement 37, mais piquée à  la base d’une nageoire pectorale, je ne vous raconte pas l’effet-rapala ! Elle sera rapidement décrochée et rejoindra ses copines après une tentative de photo de ma part.  

L’honneur du pêcheur est sauf !

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

1 réponse

  1. jean pierre dit :

    T’es vraiment prêt à  tout pour sortir un poisson!Yvon,le guide,a fait un beau coup du soir en aval de Garazi ce même soir.J’ai hésité à  y aller ce soir là  mais on avait fêté la qualif du B.O.la veille.Et oui on peut pas tout faire.Mais je garde le moral et c’est bien là  l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer