Et au milieu coule une rivière où l’on cueille jusqu’à  ce que mort s’en suive …

Messieurs Cedric09, Looping, JFB, et Daniel (commentaires du billet http://www.la-peche-a-la-mouche.com/Peche-raft-et-caetera)

Une fois passé le premier sentiment “à  chaud” suivant la lecture de vos commentaires respectifs, et afin de faire progresser ma, votre, leur, notre éternelle polémique “moucheurs gentils” contre “toqués méchants”, je couche ci après quelques remarques … plutôt optimistes en définitive, même si certains d’entre vous préfèrent qu’on cesse ce débat, par peur de division des pêcheurs notamment.

Un constat d’évidence : le souci de préserver le milieu est partagé

Messieurs, nous semblons majoritairement animés d’un souci profond de préservation du milieu. Je ne prétends pas être représentatif des moucheurs, vous n’êtes peut-être pas non plus représentatifs des toqueurs. Peut-être que oui, et ce serait une grande nouvelle, sérieusement, et sans sous-entendu. Les pêcheurs au toc sont de loin les plus nombreux en 1ère catégorie, et une tendance répandue chez ces pratiquants aurait de fait un impact important sur le milieu (dans les deux sens, en bien et en mal). Nous sommes d’accord sur les constats de pollution, de recalibrage, de faste fusmisterie sur la préservation des rivières (microcentrales généralisées, rejets industriels en toute impunité, pompage des rivières à  des fins agricoles, …………………………………………………………………………………………………………………………).

Pourquoi le moucheur est plus facilement « gentil » (no kill) que la moyenne ?

Ne nous mentons pas : rares sont les toqueurs sans panier, rares sont les moucheurs avec, vous ne pourrez pas le nier. C’est en tout cas de ce que je constate au Pays Basque, en France.
La pêche à  la mouche pique beaucoup plus souvent la truite sur les lêvres, ou dans la partie la plus externe, donc la moins « meurtrissante » de sa bouche. Je ne pense pas qu’il puisse y avoir de polémique là -dessus. Malheureusement, tous les toqués ne sont pas des Sempé. J’en suis sûr, il ne doit pas souvent tuer des truites, car sa technicité, sa sensibilité lui permettent de piquer les truites par les lèvres, et donc de pouvoir choisir entre la vie et la mort de ses partenaires. Combien êtes-vous (et vos remarques me laissent entendre que vous tendez à  vouloir en être) à  pouvoir gracier vos truites en respectant leur intégrité physique ? La pêche à  la mouche nous laisse plus facilement le choix (hormis au streamer ou bobby en réservoir). C’est en partie pour ça que nous relchons plus souvent.
Par ailleurs, la pêche à  la mouche, de part, je pense, la difficulté initiale du geste (point de discours s’il vous plait, je les ai toutes pratiquées assidûment et il n’y a pas de comparaison, -hormis certaines techniques de surf casting à  moulinet tournant-), et le manque de productivité (bien que …) est plus tournée vers le « comment » que vers le « combien ». Si je devais survivre de ma pêche, je pêcherai au vairon, au ver de berge, au porte-bois ou à  la teigne, évidemment. Ou à  la main ! Les pêcheurs plus intéressés par le « combien » que par le « comment » laissent rapidement tomber, ou ne se lancent jamais dans la pêche à  la mouche. Ils sont ainsi mathématiquement plus présents dans d’autres techniques, toc, vairon, cuiller …
Truite de la Don en Ecosse relachee - mai 2007

Dire des vérités = diviser les pêcheurs ?

Quant à  mes remarques censées diviser les pêcheurs (alors que nous devons être unis …). Dois-je cautionner les agissements de pêcheurs avec lesquels je ne partage que peu de valeurs, sous prétexte de solidarité ? A votre avis, que dois-je penser du gars qui repart avec une glacière de farios congelées après sa semaine au Pays Basque. Ne rien en penser, ne rien dire, ne pas critiquer car c’est un pêcheur comme moi ? Un peu comme tous les députés d’un bord politique qui votent comme un seul homme à  l’Assemblée, sans réflexion personnelle ? Très peu pour moi. Vous cautionnez, vous ?

Cueillir jusqu’à  ce que mort s’en suive !

  • Pour finir, et le fond du problème est là , êtes-vous sûr que nous pouvons encore continuer à  cueillir dans la nature ?
  • Etes-vous sûr qu’un équilibre est possible entre (notre prédation+celle des cormorans et autres saletés+réchauffement climat+pollution) et la capacité de production naturelle de truites de nos rivières ?
  • Etes-vous sûr que de payer cette somme ridicule pour pouvoir pêcher sur une ½ France suffit à  compenser ? Sous prétexte que l’on paye une carte, on peut donc se permettre de prélever plus que de raison ?
  • Si vous êtes sûr de tout ça, sûr que vous transmettrez vos rivières à  vos fils et aux fils de vos fils en au moins aussi bonne santé que quand vous les avez découvertes étant jeune, alors continuez.
  • Je relche plusieurs dizaines de truites par an sur la Grande Nive (toutes). Au bout d’une dizaine d’années de reproduction (soit plusieurs générations de truites), combien de truites cela représente-t-il (si quelqu’un à  des données scientifiques là -dessus …)?
  • Cela vous arrive-t-il de pêcher sur des secteurs no kill ? N’avez-vous pas vu de différences ?
  • Ces secteurs ne vous apportent-ils pas ce que vous cherchez avant tout : des poissons, des touches, des prises. Cherchez-vous réellement à  vous nourrir quand vous allez à  la pêche ? Préférez-vous revenir à  la maison fort de 10 mouchetées de 40 cm relchées et autant de souvenirs, ou avec un ou deux poissons de 18 et 23 cm à  faire frire ce soir ?
  • Seriez-vous pour finir capable dans la même phrase de dire à  un observateur étranger : que vous regrettez le peu de poissons de nos rivières, mais que la maille est à  18 cm et que vous pouvez prélever 10 truites par jour ?
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

3 réponses

  1. gilles Cousin dit :

    Bonjour,

    La pêche est une passion qui suscite certains commentaires parfois plaisants, d'autres trop souvent affligeants que je respecte malgré tout, puisqu'au fond, c'est surtout le respect des autres qui manque à  cette prose. J'éviterai donc toute circonlocution. Des "viandards", j'en ai connu et j'en connais encore, toute technique confondue, même, oui, même parmi ceux qui voudraient se situer un degré au-dessus du vulgus piscator qu'ils pensent ne plus être, je me demande bien pourquoi !  Car le problème est plus de choisir le bon combat que combattre un peu trop souvent les autres, je veux dire par là , ceux qui ne font pas partie du clan. C'est déjà  être sectaire, trop sectaire. Quand je me pose la question de savoir à  qui ce mot me fait bien vite penser, et je crois ne pas être le seul, je suis avec tristesse obliger d'avouer : mes amis les moucheurs. Je n'en suis évidemment pas un ou tout du moins pas un vrai, mais quoiqu'il en soit je ne peux laisser dire à  personne que sa technique est meilleure voire supérieure à  une autre et qu'il n'y aurait pas ailleurs des inclinations tout aussi respectueuses de la vie de nos salmonidés. Cela étant écrit, toutes vos interrogations et vos questions sont légitimes mais elles relèvent d'une éducation qui , je le concède volontiers, n'est pas encore suffisamment enseignée. Au delà  des nuisances polluantes et agressives du milieu halieutique, notre organisation et nos structures portent en elles les raisons de notre déterioration et de notre déclin. A force d'avoir coupé et segmenté l'eau en de multiples chapelles dont les intérêts divergent souvent, il n'y a aucune efficacité d'ensemble, donc aucune force pour mettre en place les actions drastiques dont a besoin le poisson, l'eau, et son environnement. Pour faire court, il faut penser "rivière" , de son bassin versant à  son confluent et ainsi de suite.Tout effort même louable, s'il n'est que sectoriel et isolé, ne mène à  rien. Si, à  dresser de fausses barrières ! Vous en êtes , j'en suis désolé, un -néanmoins très sympathique- exemple. G. C.
  2. Looping dit :

    Mettons les choses au clair ! Mon billet précédent n’était contre aucune catégorie précise de pêcheurs.
    Ce que je refuse fondamentalement c’est l’AMALGAME systématique fait par certains, que ce soit toi et Nico (tocqueur=tueur) ou JFB et Cedric (moucheurs = intégristes). Les 2 me choquent tout autant !!! c’est du racisme pur et simple : “je me suis fait voler mon autoradio par un arabe, donc les arabes sont des voleurs” faut arrêter un peu, tant que dans chaque “camp”, il y en aura un qui ne fera pas l’effort de bien formuler ses idées, ça n’avancera pas !

    Concernant les techniques, je pêche principalement au fouet, au toc, au leurre et vairon plus rarement.
    Tes propos sont basés sur ton expérience, tu vois beaucoup de tocqueurs faire des carnages . je te comprends, mais fais l’effort de comprendre que chez JFB par exemple, ce sont DES (pas les) moucheurs qui ont fait des carnages et imposé ensuite des parcours réservés à  eux seuls, et finalement vous avez tous les deux la même réaction primaire ! Vous avez raison d’avoir la haine, mais une fois un peu de recul pris, vous vous rendez compte pour l’un que tous les moucheurs sont pas des cons, pour l’autre que les tocqueurs ne le sont pas plus. Seulement il y en aura toujours dans chaque “camp”. Au lieu de s’entendre selon la technique, entendons-nous sur un état d’esprit, un amour de dame fario, et éduquons ces “cons” des 2 camps !

    Concernant le prélèvement, je pratique quasi-essentiellement le no-kill, je garde quelques rares truites par an (prélevées en lac de montagne=alevinage=ressource non naturelle la plupart des fois et en ruisseaux à  population riche ! =repro suffisante d’une année à  l’autre).
    Je prends autant voire plus de plaisir à  relâcher une prise, mais le jour où je décide de ne plus jamais prélever aucune truite, j’arrête la pêche quelle que soit la technique. Le prélèvement (même si c’est que 1% des prises, justifie quelque part la souffrance que j’inflige au poisson). Si quelques uns soulagent leur conscience en relachant 100% de leurs prises, tant mieux pour eux, mais je respecte plus un ami, qui pêche peu souvent la truite, mais garde ses prises.
    Son action de pêche (sur 2-3 sorties où il prélève pas forcément 10 poissons non plus) fait moins mal à  une population de truites que s’il pêchait tous les week-end à  piquer 50 truites dans la journée et toutes les remettre à  l’eau, en revanche il peut se vanter de ne jamais faire souffrir un poisson sans raison, chose qu’un no-killeur à  100% ne peut faire et moi non plus d’ailleurs vu que je suis plus proche dans l’action de ce no-killeur que de mon ami.
    Je t’invite à  discuter par mail si ça t’intéresse, tu verras que nous souhaitons la même chose, je suis seulement contre TOUT AMALGAME quel qu’il soit !

  3. fred dit :

    Salut Looping

    Tu as raison, je suis très “coups de gueule” et pas assez raisonné et calculateur pour ces choses-là …. et pour beaucoup d’autres. On ne se refait pas. Je ne suis pas Taureau pour rien dirait ma chère mère.

    Je suis d’accord, à  choisir, je préfère un toqueur respectueux qu’un moucheur viandard, bien entendu. Mais sincèrement, si on faisais des stats de dégats colatéraux des 2 techniques pratiquées en no kill … Tu as plein d’exemples de moucheurs qui tuent plus que de raison ? C’est malheureux, mais tu sais que c’est plus rare que chez les toqueurs, pour de simples raisons de relâche souvent impossible au toc (sauf grande technicité du pêcheur). Donc ma guerre contre les toqués, tu l’as compris est surtout une guerre contre les viandards, qui sont plus nombreux chez les pratiquants du toc. Finalement, c’est une bonne nouvelle de me faire jeter ainsi sur mon blog par des toqués. Le pire est ceux qui se foutent d’être amalgamés à  des viandards. Ils en sont et assument.

    Dans ma volonté de pêche durable, il est vrai que j’arrive quand même à  un mur, mur que tu révèles aussi. Si je tenais tant à  “mes” poissons, je n’irai pas leur piquer de la ferraille dans la gueule. Et pourtant, je ne rêve que de ça !
    C’est l’absurdité ultime de ma passion pour la pêche et les poissons. Je suis d’ailleurs tout aussi absurde dans mon goût pour la corrida et mon admiration pour le toro.
    Froidement, je pense que face à  cette schizophrénie du pêcheur, le no kill est la situation la plus confortable à  vivre, la plus cohérente (ou la moins incohérente si tu préfères).

    Le no kill intégral n’est pas, d’après ce que j’ai pu lire, le mode de gestion idéal. Une gestion avec prélèvements raisonnés semble préférable. Nous en sommes loin. Pour ma part, je ne tue aucun poisson de rivière. Par contre, en mer, je sacrifie du poisson (bar surtout) sur l’autel de la gourmandise. En respectant la taille légale de 36 en atlantique (que je majore à  42/43 pour être sûr de tuer un poisson qui a, a priori, été  utile “sur terre”)

    Fred, pas si méchant que tu dois l’imaginer, ni sectaire (sauf envers ceux …), mais dégouté de la dégradation du milieu et de la pêche que j’aurais vu au cours de ma vie.

    A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer