Première vraie partie de pêche de l’année : pour faire vite : bredouille active !

Un monstre sur un spot impossible !

  • Pêche sur Louhossoa
  • temps nuageux avec éclaircies et un peu -trop- de soleil par moment
  • 0.92 m d’eau à  OSSES, eau claire, trop claire à  mon sens
  • quelques insectes : olives, rares march brown, et quelques diptères miniatures
  • … pas de pêcheurs … si, un, pêcheur de saumon, …  très heureux de son ouverture ……

pour ma part, ce sera une bredouille active : du poisson un peu partout, dont un poisson de plus de 50 (55 ? 60 ?) vu sur un spot impossible, …

Un monstre sur un spot impossible !

Au cours de la partie, sur la fin, vers 18h, j’arrive sur un de mes spots préféré, préféré plus par la taille des habitantes que par sa facilité d’accès et d’attaque. Le spot impossible, sauf avec 0.4m d’eau, auquel cas il est attaquable par la rive opposée. Comme il y a 0.9 m d’eau, et non 0.4m, comme je mesure 1.80, et non  2.3 m, on ne peut l’attaquer que par l’amont, ce qui impose, en sèche, de faire monter la truite au premier passage (après l’ingérable dragage, l’arraché finissant de vous démasquer). Une gageure sur une zone à   turbulence, une veine d’eau instable en aval de rapides, avec 3 m d’eau, des remous partout, des arbres derrière pour compliquer un peu, et une eau claire, du soleil (dans le bon sens heureusement). Bref, dans ce contexte, je dois attaquer la truite en me mettant 10 m plein amont, seule possibilité. 

photo berge-grande nive pays basque

Elle est magnifique. Au début, j’ai cru à  un saumon … Elle doit faire 55, 60 … un monstre (dana la Nive). Un mle a priori, avec une bonne tête anguleuse. Il est 50 cm sous la surface, et gobe les olives que lui apporte le courant.

Seul lancer possible : un roulé de revers parallèle à  la rive, vers l’aval, en posant le bas de ligne en paquet dans le courant, 2 m en amont de la belle, pointe en aval du paquet. 1 ou 2 mendings amont permettent immédiatement de replacer le bas de ligne et la soie dans le prolongement amont de la pointe, pour une présentation discrète.

J’arriverai à  peu près à  poser comme il faut mon olive, mais malgré mes efforts  (Maman, une olive c’est une mouche que je monte ! – ma mère lit mes billets, et elle doit être perdue dès fois-), elle (l’olive !) subira les effets du courant en arrivant au-dessus de la position présumée de la truite, et exécutera une ou deux figures de ski nautique artistique du plus bel effet en championnat … mais catastrophique en pêche. Un peu tétu, je lui ferai encore une dizaine de passages, mais que neni, la belle ne montera pas gober mon olive. En effet, en rebroussant chemin je constaterai qu’elle n’est plus là . Le double-flip avec pirouette à  gauche de ma mouche l’aura surement un peu …effarouchée.

Une bredouille active

reprenons la partie depuis le début …

photo grande nive pays basque

arrivé vers 12h30, les premiers gobages apparaîtront vers 13h30, sur des olives. Une belle sur un coin connu gobe de temps en temps. Je la connais : depuis 2 ans, elle me résiste. Elle est experte. Comme souvent, plus elles sont grosses, moins elles sont connes …. souvent, je pense aux truites bien sûr … m’enfin ! !! Elle est grosse par ce qu’elle est pas conne ? ou elles est pas conne, donc elle est grosse ? Je vous laisse trancher. Toujours est-il qu’elle interrompra ses gobages à  mn arrivée 12 m en aval de son poste. Une autre truite effarouchée par mes pas l’aura surement mise en éveil.

Plus haut, une autre gobe dans un calme. Je lui pose une olive là  où il faut. La mouche passe bien, rien. 1 m en aval, le courant prend la mouche et la fait draguer. La truite ne mordra pas. Je détourne mon attention avant d’armer mon lancer arrière. Blouf ! Gobage sur ma mouche ! je loupe le ferrage … elle ne reviendra pas …

Des rochers aux angles tranchants … trop tranchants …

Je finirai en amont de ce secteur. Dans une retourne toujours productive, un beau poisson profite de la vie, et gobe à  qui mieux mieux les olives qui se présentent. LE souci, c’est qu’elle aussi est pas mal dans le genre inattaquable. 

Seule possibilité : l’approcher par la berge et lui faire un lancer arbalète en se plaçant devant elle (de 3/4 en fait). ça doit être jouable. Se placer au plus près en progressant quand elle a le dos tourné (elle tourne dans sa retourne -normal non-, toujours sur un même cycle qui dure 1 min environ, et vient se caller ensuite face à  moi). ça y est, je suis planqué dans le figuier, et elle est à  2 m de moi, 3 m peut-être. Face à  moi. Trop risqué, il faut poser la mouche quelques secondes avant qu’elle arrive, sinon elle fuira. J’attendrai donc le tour suivant. 

Je ne bouge pas, je respire juste …  Elle reprend son chemin … me tourne le dos … fait son petit tour, et revient à  nouveau vers moi. Je lance ma mouche qui se pose nickel dans la retourne contre le petit courant. La truite l’a vue et lui fonce dessus. Nous sommes dans 20 cm d’eau, ça va jouer serré. Elle gobe ma mouche. Ferrage dans le tempo, elle est piquée. Elle explose à  la surface comme le font les belles truites piquées dans peu d’eau, et malheureusement, mon fluorocarbone rencontrera des angles tranchants des rochers ambiants … cassé !

… donc une bredouille, mais une bonne … je ferai plus de photos de truites ces prochains jours … juré !

photo berge-grande nive pays basque 13mars2011

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer