4 juillet 2014 : crue majeure sur la Nive au Pays Basque

il y a 15 jours, un violent orage se créait sur le Pays Basque, et en particulier sur le bassin versant de la Nive, y stagna, et déversa tellement d’eau en si peu de temps, que la Nive, et plus généralement la plupart des cours d’eau du Pays Basque connurent une crue sans précédent.

Regardant la courbe Vigicrue de la Nive tous les matins, vous imaginez ma surprise ? Plus de 5 m à  Osses, bien au-dessus des dernières crues de référence.

Que ce soit par mon réseau hors boulot, ou pas mon activité professionnelle à  la CCI Bayonne Pays Basque, tous les retours qui arrivèrent à  moi les jours suivants convergeait : un désastre …

Entreprises, producteurs de piments, fermes dévastées, troupeaux entiers de bovins ou ovins emportés, porcs noyés … et un meunier décédé -vers St Palais je crois-. Un désastre …

Alors mes états d’me de pêcheur, je les ai mis de coté quelques temps.

Mon retour après 2 semaines sur la Nive

Je suis retourné sur la Nive depuis. Sur Louhossoa puis sur Arrossa hier soir. 

La Nive a tout bousculé, tout raboté :les berges, les falaises, l’écorce des arbres qui ont résisté. La Nive a digéré des monceaux d’arbres. Sur les parties de Nive les plus sensibles, comme sur Louhossoa, plein de portions de berges ont radicalement changé d’aspect. 

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-009.jpg

Certaines auparavant inaccessibles, pleines de chachis, d’amoncellement d’arbres morts et de ronces ont été rasées, ne laissant plus que la roche-mère. 

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-010.jpg

D’autres portions faciles d’accès sont désormais impraticables, des dizaines d’arbres arrachés par les flots s’y sont accumulés.

Une ile sur la Nive est devenue une plage, le bras de Nive rive droite ayant été rempli de galets.

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-002.jpg

Les arbres sur la berge qui ont été suffisamment solide des racines on perdu leur écorce sur 5 m de hauteur.

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-007.jpg

Les bonnes nouvelles : la vase qui s’était déposée sur le fond d’une Nive trop calme en certains endroits, a été récurée. Bonne nouvelle, sur des lisses moins violents, des bosquets de plantes aquatiques ont résisté.

Et l’eau me direz-vous ? Elle descend doucement, 0,89 m ce soir. Niveau couleur, elle s’éclaircit péniblement, les coulées de boue tendance glissement de terrain  lors de l’orage continuant à  la teinter.

Et niveau vie aquatique ? 

Samedi dernier, sur Louhossoa, j’ai du voir 10 éphémères en 3 heures. Des olives et des mouches de mai. C’est tout. La conséquence : aucune activité de truite à  la surface. 

La crue aurait-elle aussi récuré le fond, les graviers, les amortis, la vase ? … avec toutes les bestioles, nymphes, œufs, larves qui y vivent ? mon sentiment est que oui…

Hier en aval d’Arrossa, j’ai pourtant fait une partie de retrouvailles assez sympa avec 3 truites moyennes, et quelques autres loupées/décrochées. Des truites sorties à  la faveur d’une retombée de fourmis volantes.  Je ne vis que très peu d’éphémères (petites grises à  corps jaune), et quelques vols de petits sedges, et des fourmis, des fourmis partout. Donc il y a encore de la vie sous l’eau (éphémères et trichoptères), mais beaucoup ont du être emportés jusqu’à  la mer. Vous avez vu des éclosions d’éphémères sur les plages ? … ok, d’éphémères non, de veaux, … oui … 🙁

Et les truites dans tout ça ?

J’ai tendance à  croire que la fario sauvage est programmée pour trouver un abris lors des crues, fussent-elles majeures. Un abris dans le lit derrière un mega-bloc de roche, un abris dans les zones d’expansion de la crue, logiquement plus calmes. Quant aux truites arc-en-ciel des piscicultures qui durent finir nombreuses dans les flots déchainés de notre Nive … je crains qu’elles aussi connurent une funeste dévalaison forcée. Peut-être que je me trompe … Si vous avez des certitudes sur ces points, laissez un petit commentaire, ça servira aux lecteurs de ce blog … et à  moi 😉

Petite digression. 

Dans le parc du Yellowstone, on laisse faire les incendies de forêt, considérant qu’ils sont dans le cycle de la vie. Un incendie libère de l’espace, produit de l’engrais, et c’est ensuite une explosion de vie et de diversité. Un phénomène mortel peut être porteur de vie pour le futur. Malheureusement en matière d’écologie des rivières, je ne crois pas qu’une crue soit si porteuse d’espoir. Elle sème la mort, mais sans booster la vie par la suite. Maintenant, on le sait … la nature est très forte et tenace. Nous verrons cette fin de saison, et les quelques années prochaines.

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-006.jpg

Je finirai avec l’affront de la décennie. 

Non, Jean-Pierre, ce n’est pas une défaite de l’Aviron face aux copains de la principauté. L’affront de la décennie, voire du siècle, c’est ce texto de mon fils Théo, en stage aux Aldudes, et qui y a pêché (et tué, le sale killer), une fario mle de 56 cm il y a 2 jours. Désolé pour la photo du cadavre …

truite-theo-56cm-16juillet2014.jpg

Avec une vieille teigne, et un bas de ligne à  dorades, style hameçon renforcé de et bas de ligne en 28/100e. La chance sourit aux débutants … Elle avait une truitelle dans l’estomac. Donc peut-être nuisible si haut dans le chevelu. Je ne sais pas … Toujours est-il que le maà®tre est content d’être dépassé par l’élève … 😉

Quelques autres photos de l’après-crue …

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-005.jpg

ceux qui connaissent ce secteur reconnaà®tront peut-être quelques spots … et leur nouvel aspect 🙁

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-008.jpg

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-004.jpg

crue-riviere-nive-pays-basque-juillet2014-1.jpg

[Total : 1    Moyenne : 2/5]

21 réponses

  1. André LATASTE dit :

    Je serai bimanche à  St J Pied de Port.
    Je m’attends au pire.

  2. jean pierre dit :

    Quand dame nature se met en colére,bonjour les dégâts.Bravo pour ces news.

  3. FARIOMAN dit :

    Effectivement une catastrophe halieutique aussi !
    Quelqu’un à  t’il revu des truites sur le BASTAN ??

    Cette rivière est entièrement dévastée.
    Bon nombre de truites ont du se retrouver ensevelies dans leurs caches ET ne parlons plus de leur nourriture favorite, LES MOUCHES.

    Cette fin de saison il n’y aura pas beaucoup d’éclosion : nettoyée au karcher la rivière.

    Pour y être passé en ce jeudi soir du 17 Juillet 2014 (Je n’ai même pas sorti la canne à  mouche !): j’ai faillit en pleurer.
    PAS D’INSECTE, PAS DE TRUITES, un spectacle de désolation et beaucoup de monde qui marche dedans…. .

    LA PLUS BELLE RIVIÈRE DU PAYS BASQUE n’est plus. C’est une autre rivière et il faudra 10 ans (Peut être même en rempoissonnant un peu pour l’aider !) avant de retrouver “un niveau de gobage” comme maintenant.
    il y en avait beaucoup de truites sur ce majestueux Bastan d’autrefois que nous avons eu la chance de connaitre.
    Des personnes de Bidaray me l’avaient dit, je voulais pas le croire : j’ai vu que c’est tout mort.

    si vous allez voir le BASTAN DITES NOUS SI VOUS VOYEZ DES TRUITES ?

  4. Fred dit :

    ça fait mal au cœur ce que tu racontes sur le Baztan. J’imagine ce qui a pu descendre de son bassin versant … un flot de boue. La nature est plus forte. ça prendra le temps qu’il faut, mais ça reviendra. J’étais sur Arossa samedi matin … quasiment pas d’insectes aquatiques… juste quelques petits sedges. Vendredi soir, j’ai vu les premières oligoneuriela de la saison, elles ne sont pas toutes passées à  la chasse … espoir …

  5. Fred dit :

    tu nous diras ce que tu vois André ? des mouches ? des gobages ? peut-être que la Nive de St Michel est en ordre sur sa partie amont ?

  6. mandre dit :

    bonjour
    je suis venu a st jean le 12/07/14 pour la pêche a la mouche quelle déception de voir cette eau boueuse seul les gens qui pêche a la petite bête avez une chance a la mouche aucune sur le parcours no kil aucun accé sur les sources eau trop vives

  7. André dit :

    Je suis donc arrivé à  SJPdePort dimanche. Plusieurs fois moi aussi j’ai failli pleurer durant mon voyage
    entre Bayonne et SJPdePort. Quel spectacle de désolation! J’ai 71 ans et aujourd’hui je prends conscience que je ne reverrai jamais plus ma chère Nive comme je l’ai connue. Certes elle n’était plus aussi poissonneuse que part le passé mais on passait encore de bons moments le long de ses rives.
    Aujourd’hui elle a reçu le coup de grâce.
    J’ai fait plusieurs sorties en amont de SJPdePort et en aval sur le parcours no kill. Rien!! Pas un insecte, pas une truite! La rivière semble vidée de toute parcelle de vie. Le Lauribar lui a été épargné.
    J’ai pu constater la présence de quelques gobages sur certains de mes spots préférés. Ce qui est certain c’est qu’il n’a pas connu de crue majeure. Ces rives n’ont pas été touchées, je l’ai trouvé égal à  lui-même. C’est la seule bonne nouvelle que j’ai pour vous.

  8. raphael dit :

    bonjour fred, quel désastre cette crue, j’ai reconnu ce spot mais il est bien différent désormais. nous nous sommes souvent rencontrés ici le soir. désormais je peche beaucoup sur le grand plat en amont de ton spot et j y suis retourné pour la première fois depuis un mois ce mercredi soir pour me rendre compte des dégats, sur cette partie les rives n ont pas trop souffert mais le sens de l’eau et l’occupation des veines est très différente, les niveaux sont plus hauts qu’avant en comparaison avec les niveaux sur vigiecrue. en ce qui concerne nos amies (truites et éphémères) : quelques olives, trés peu de sedge mais une activité relativement importante, j ai touché six belles truites actives en 2 heures de pêche et la particularité de tout ça c’est l’origine des truites , une robe très différente des occupantes habituelles en fait je pense que ce sont des poissons du baztan ou des aldudes . en tout cas des poissons biens lourds et très vigoureux . tout ne semble pas perdu, y a encore de la vie !

  9. André LATASTE dit :

    J’ai envoyé un premier commentaire le 24 et je suis surpris de ne pas le voir apparaître. Quoi qu’il en soit je suis allé hier sur la Nive au-dessus de Saint Michel. Ici le cours d’eau ne porte pas les stigmates de la crue. La végétation rivulaire n’a pratiquement pas été impactée et le cours d’eau a son aspect normal bien que le niveau de l’eau soit 20 cm trop haut et sa limpidité laisse à  désirer. Au point de vue pêche c’est le néant.
    Quelques mouches de mai observées et c’est tout. Forcément aucun gobage puisqu’il n’y a rien à  se mettre sous la dent.
    Hier soir enfin ma première truite derrière le LIDL de StJ-P-de-Port.
    Cette année je ne pêcherai pas plus en aval. C’est trop triste à  voir.
    A noter également que le Lauribar n’a pas été touché. Sa crue a été “normale” selon les dire des uns et des autres.

  10. Manu erreka dit :

    Salut fred
    J’ai repêché également, une fois depuis la crue, la nive est dévastée au niveau berge et aspect visuel on dirai qu’il y a eu un tsunami, mais je pense qu’au niveau halieutique proprement dit la grande Nive s’en sort bien, j’ai vu toute les catégories, du juvénile au bécard, et pour ma part une belle éclosion de grises et de mouche de mai…
    Par contre je suis inquiet pour tout ce qui est petite Nive ayant subit la crue, comme le baztan… mais grâce au très bon milieu que nous avons, il faudra quelques années certes mais la vie reviendra comme avant. Un petit coup de main en interdisant la pêche par exemple sur le Bazatn entre autre et les chevelux touchés( même pas en no kill) me parait indispensable pendant au moins 2 3 saisons. Cela reste un coup dur, et j’en ai les larmes au yeux… difficile d’y retourner

  11. Fred dit :

    merci tous deux pour vos commentaires. En effet, le Baztan fait pitié à  voir. Je crains les suites : futures grosses pluies sur berges et pentes tranchées et non stabilisées par la végétation disparue … le Baztan s’en remettra, mais il faudra plusieurs années. Après, interdire … je pense que ça ne ferait pas mieux que les mettre en no kill. Interdire le wading, peut-etre, et tous les sports consistant à  ener dans le lit, histoire que la faune se reconstitue. Je ne sais pas en fait, mais globalement, ça reviendra … et au fait Manu ! ton blog … disparu avec la crue ? 😉

  12. André LATASTE dit :

    Bonjour Fred
    J’ai envoyé deux commentaires et je ne les retrouve pas. Peut-être ai-je oublié de renseigner mon adresse mail.
    Je travaille avec une clé 3 G+ pour me connecter à  internet.
    En gros je disais ceci:
    La Nive de St Michel n’a presque pas souffert mais aucune éclosion et aucun poisson vu hier après-midi.
    Le Lauribar n’a pas été touché et j’ai vu quelques gobages.
    J’ai pris ma première truite hier soir derrière le Lidl de St-J-P-de-Port. Plus en aval je n’irai pas pêcher car le décor m’est vraiment insupportable.
    Une chose est sure ceux qui avaient l’habitude de glisser quelques poissons dans leur musette devront impérativement s’abstenir cette année.

  13. manu erreka dit :

    Mon blog a de petit souci rien de bien grave mais comme ma compagne n’est pas la en ce moment moi la partie informatique comment dire je n’y connait rien :)…
    Oui voila disons qu’il faut éviter au max de ralentir le retour de la nature dans et sous l’eau. Je suis formellement contre l’alevinage, je suis pour laisser la nature reprendre naturellement ses droits, n’allons pas polluer notre belle souche de panthère 🙂
    A bientot

  14. pierrotlepecheur dit :

    salut farioman :-))
    Donc, tu confirmes pour le Bastan ? quelle misère.
    Je ne suis pas revenu sur les nives depuis mais ça ne m’empêche pas de faire des cauchemars en imaginant le désastre !

  15. André LATASTE dit :

    Hier soir il y a eu un semblant de coup du soir à  la tombée de la nuit.
    Quelques petites truites étaient actives.Les Nives s’en remettront, c’est sûr mais il faudra du temps.

  16. zitoun dit :

    Salut fred, j’ai l’impression de revenir 1 an et demi en arrière avec la crue de juin 2013 sur le gave de PAU. A ce jour je n’ai pas refait une seule sortie mouche sur le gave de PAU supplicié depuis 1 an et demi.
    De plus ici la fédération et l’appma local n’a pris aucune mesure pour protéger le gave, a part balancer des tonnes de poissons bassines. Bref je vais souvent trainer sur les berges pour voir si l’activité reprend mais j’ai pas encore vu un seul gobage et quasiment aucune mouche depuis un bon moment. J’espère que vous ne vivrez pas les memes désaventures que nous ici en bearn 🙁 bon courage a tout le monde …

  17. André LATASTE dit :

    Plus je sors sur les Nives aux environs de SJPDPort et plus je me dis que les cours d’eau ont été sérieusement impactés par la dernière grande crue. Aucun insecte mis à  part quelques mouches de mai. Donc pas de gobages. Cependant le cheptel semble toujours être présent en amont de SJPDPORT. Le Lauribar quand à  lui est celui qui s’en sort le mieux.

  18. Fred dit :

    slt Zitoun
    je crois que le gave a bcp plus été impacté. Mais ça revient, mon pote Nico a pu faire qqs coups du soir secteur Nay. Mais ce n’est plus le gave d’avant. Sur les Nives, les eaux sont redevenues presque normales, en attendant les futures pluies -celles de cette nuit ?- qui draineront de la boue dans les Nives, plus que d’habitude. Merci pour tes encouragements 😉

  19. Fred dit :

    Pour info qqs suggestions de ma part dans une discussion sur le forum Gobages.com, en réponse à  Ben :
    “slt Ben
    je rentre juste d’Arrossa. Les farios commencent à  se remontrer, mais moins nombreuses. Quelques arcs dans la veine d’eau principale. Toujours très peu d’insectes, quelques “petites mouches de mai”, quelques grises à  corps jaune, des petits sedges, aucun gros sedge cannelle. Je pense que la Grande Nive s’en remettra rapidement. Peut-être aurons-nous moins d’insectes l’année prochaine, je ne sais pas … Quant aux panthères …. des pêches électriques ont ou vont être menées je crois. Nous en saurons plus. Mon constat de “moins de poissons actifs” n’a que peu de valeur, d’autres facteurs pouvant influer sur l’absence apparente des farios. C’est souvent le cas en août d’ailleurs.
    Je suis plus inquiet pour les petites Nives, le Baztan, et autres ruisseaux du bassin versant. Il y a eu un véritable effet chasse d’eau qui a dévasté la vie aquatique. Le chevelu, au plus haut de la montagne a pu être épargné, avec des crues moins violentes que l’aval, qui subit la concentration de tout son bassin versant. Insectes et truites du haut du chevelu réensemenceront les parties en aval.. j’espère… Sans être un spécialiste, je pense qu’il faudrait peut-être interdire ou modérer le wading, des pêcheurs et autres sportifs d’eau vive, dans les parties les plus sensibles. Interdire de pêcher ? Crois-tu que ça boosterait la vie ? J’en doute, mais suis preneur de tes arguments. Obliger de relâcher … je signe de suite, mais je sais que ça ne fait pas l’unanimité -sauf ici chez Gobages.com, a priori.

    Je pense plus, par exemple, à  préserver/économiser le milieu ces prochains mois.
    >))))°> Réfléchir à  interdire les écobuages de façon temporaire -que n’ai-je pas dit !-pour mieux tenir les pentes dans certaines vallées peu boisées. A mon sens, -et toujours sans être spécialiste de la dynamique des bassins versants- ça limiterait l’afflux rapide d’eau et de boue dans les Nives, elles qui ont perdu une bonne partie de leur végétation rivulaire qui freine, et modère les crues, et fournit des abris à  nos chères panthères.
    >))))°> Responsabiliser les différentes équipes municipales, de TP, voirie ou autres qui auront, face aux dégâts, à  faire des travaux dans le lit ou proche du lit de la Nive suite : ne pas en rajouter en vidant de la terre ou des gravats à  la rivière.
    >))))°> Révégétaliser certaines berges rabotées, et y interdire l’accès le temps que ça repousse… possible ? délais ? utilité ?
    >))))°> …

    L’AAPPMA de la Nive en tout cas, est sur le coup, je leur fait confiance pour prendre des décisions pragmatiques, plus fondées scientifiquement que mes suggestions “café du commerce”. Je leur fait confiance pour ensuite mener les actions de restauration du milieu possibles, et pour nous solliciter le cas échéant s’il faut des bras ou autre chose.

    Un sale coup pour les Nives, mais elles s’en remettront. La nature -basque- est forte … et tenace !

    A bientôt, Ben !
    Fred”
    lien vers le forum http://www.gobages.com/forum-mouche

  20. pierrotlepecheur dit :

    Bon, ça ne va pas vous consoler mais les gaves ne sont pas bien réjouissants non plus. A part 2 belles farios sur le no kill de Prechacq au premier coup du soir, j’ai vu environ … 5 gobages pendant les 2 jours suivants et ce sur une vingtaine de spots ( ce week end ) …. décidément, ces rivières sont toujours aussi belles mais, côté halieutique, elles ne sont plus que l’ombre d’elles mêmes. Sans doute y a-t’il encore des poissons mais en ce qui concerne les insectes … Même sur les verts, où il est rarissime de ne pas faire 2/3 jolies petites farios, ça aura été le grand désert. Heureusement, il reste le bonheur de la contemplation …

  21. pierrotlepecheur dit :

    C’est avec une certaine appréhension que je suis retourné voir mes chères rivières mais j’avoue que j’ai été agréablement surpris.
    Bien sur, je ne parle que d’un point de vue purement halieutique car il est indéniable que beaucoup de riverains ont beaucoup souffert et que les dégâts vont être longs à  réparer.
    Concernant les rivières, les berges commencent à  reverdir et, mis à  part l’Hayra, qui est dévasté, j’ai quand même vu pas mal de poissons et de très belles éclosions, dont une massive à  Bidarray mardi soir.
    Le Bastan, qui m’a paru désert à  première vue est encore habité par ses jolies petites farios.
    Une quinzaine de poissons en 2 jours et demi de pêche ( tout no kill bien sur ), je ne m’attendais pas à  ça :-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer