Des vertus de l’oreille de lièvre salivée

Louhossoa, pas un nuage, temps frais au coup du soir, 0,61 m d’eau à  Osses, nombreux insectes (baetis, sedges).

Arrivé vers 19h sur place, je ne vais pas tout de suite aller sur les zones à  coup du soir. Je suis seul sur site, un km pour soi au coup du soir, c’est toujours queque chose. Le sentiment de liberté du prédateur, seul sur sa zone de chasse. Je suis sûr que l’on a encore en nous des choses comme ça très … néandertaliennes. Même si une session entre copains est toujours un grand plaisir, mais moins propice à  cette fusion avec ce petit bout de nature. Bref, je suis seul, il fait bon, pas trop chaud, les niveaux sont bons, il y a des insectes … ça devrait le faire …


Je me dirige vers l’aval de ma zone, au pied d’une falaise, sur une sorte de cap rocheux fermant une vaste retourne reculée. Un spot souvent actif même en pleine journée. La couverture d’arbre associée à  la falaise rendent en effet le secteur rapidement à  l’ombre l’après-midi.

photo-berge-nive-paysbaque-24juin2012-1.jpg

Un poisson est très actif près de la pointe rocheuse, et se balade en pleine eau en pleine journée. C’est dire sa confiance dans le spot. Les truites sont plus souvent sur les bordures durant la journée. Cette belle truite gobe régulièrement je ne sais quoi plutôt invisible , d’où mon choix pour une oreille de lièvre. Elle passea x fois sous ma mouche en l’inspectant parfois longuement, mais sans jamais la gober. Ce n’est pas grave, j’ai tout mon temps. Je suis assis sur un fauteuil de roche,sous une frondaison de branches bien garnies en feuilles: je suis totalement invisible aux yeux de la truite, et ma canne qui dépasse de la falaise aussi. Equation à  résudre donc : bonne présentation et bonnemouche. J’insiste avec l’oreille de lièvre qu me semble être idéale. Peut-être un bas de ligne trop gros (6X orvis mirage), je ferai bien de passer sur du 7X. Je persiste. Longtemps.

Et à   mmmm’ment donné, elle craqua et monta doucement sur ma mouche et la goba. Ferrage d’abruti, et je ne la piquoterai même pas. Truite 1 – pecheur 0 !

Je reste un peu sur le coin, bois un coup et décide d’aller sur ma zone “coup du soir” pls en amont. 15 min de crapahut, mais pour un coin plutôt cooool pour le coup du soir (retour sans ronces, ni escalade … ). 

photo-berge-nive-paysbaque-24juin2012-002.jpg

Au passage, j’en profite pour regarder par une fenêtre dans la végétation qui me permet de bien voir 2 ou 3 m de bordure en contrebas. Un autre poissn est là , très actif, et se baladant d”‘amont vers l’aval en gobinant de temps en temps. Je lui proposerai plusieurs fois ma mouche,sans réaction, juste un regard en coin à  un moment … si si !

Et si j’humectais mon oreille de lièvre ? Je lui parachute immédiatement mon oreille de lièvre salivée. Je perds la truite de vue .. et la revois à  nouveau, en bordure, un peu excitée ….. ? ….. mais elle a pris ma mouche !! Ferrage, elle est au bout.

Et là , problème à  résoudre, mais avec une solution identifiée au préalable : impossible de passer la truite dans la raquette, la falaise esttrop haute. Seule pssiblité, passer la canne à  travers un réseau de branches -en poussant celles-ci avec le dos de la canne, pour ne pas accrocher la soie-, puis un peu plus loin de l’autre coté d’un arbre en l’entourant de mes bras -l’arbre !- et en faisant passer la canne d’une main à  l’autre, le tout avec une furie au bout. 

photo-truite-peche-a-la-mouche-24juin2012-003.jpg

Un beau poisson de 37 (mal) filmé à  la GOPRO, vidéo intégrée dans mon billet sur ma session pêche de mardi soir, durant laquelle je repêcherai cette truite coopératrice.

photo-truite-peche-a-la-mouche-24juin2012-1.jpg

Je finirai au coup du soir avec un poisson de 34 sur un coup de ligne complètement différent. Elle gobe dans le seam assez loin de moi. Vu la pénombre, je ne vais pas m’avancer dans l’inconnu du lit de la Nive, mais la tenter de là  où je suis. J’attends qu’elle se remontre, prêt  lui expédier un gros spent rouge avec parachute jaune fluo, très visible au crépuscule. Elle regobe violemment, 2 faux lancers, la mouche se pose bien, dérive bien … la truite la gobe et je l’honore d’un ferrage bien dans le tempo. Après un combat moyen, elle se rendra et sera relchée après séance photo.

photo-truite-peche-a-la-mouche-24juin2012-002.jpg

Une bonne partie donc, bien relaxante avant cette grosse semaine qui arrive. J’y retournerai mardi ou mercredi.

[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer