Pécher en no kill ou l’histoire d’un pêcheur schizophréne .


‘suite au commentaire de Looping dans un post précédent, une réflexion sur l’absurdité assumée de la pêche en no kill …

Dans ma volonté de pêche durable, il est vrai que j’arrive quand même à  un mur, à  une impasse intellectuelle -soyons fou-. De toute évidence, si je tenais tant à  “mes” poissons, je n’irai pas leur piquer de la ferraille dans la gueule. Et pourtant, je ne rêve que de ça !

C’est l’absurdité ultime de ma passion pour la pêche et les poissons. Je suis d’ailleurs tout aussi absurde dans mon goût pour la corrida et mon admiration pour le toro.

Froidement, je pense que face à  cette schizophrénie du pêcheur, le no kill est la situation la plus confortable à  vivre, la plus cohérente (ou la moins incohérente si vous préferez).

No kill, le vice ultime ?

Ne vous inquietez pas, je continuerai en 2008 de relcher mes compagnes les panthères de la Nive (ou celles de la Don, comme cette magnifique 58 cm relchée par Nico en juin dernier.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer