La Grande Nive s’en remettra !

Sortie hier après-midi et soir. Un beau poisson cassé sur Louhossoa, échec contre quelques expertes d’Arrossa. Malgré un temps a priori favorable (temps dépressif d’Ouest, averses), je n’ai croisé en 4 heures que 4 poissons actifs. J’arrête de me voiler la face : la Nive accuse un énorme déficit en population de truite, j’en suis maintenant persuadé.

Au delà de ces 4 poissons, j’ai aussi croisé Andoni, garde et agent technique à l’AAPPMA de la Nive, avec son collègue fédéral. Il ne voient que très très peu de pêcheurs cette année. Je confirme. A part sur Arrossa, c’est le désert. La Grande Nive est en no kill sur une grande part de son parcours, on peut dire qu’elle est presque en réserve.

60 truites à l’hectare contre 1700 habituellement

C’est aussi le désert sous l’eau. Andoni m’a rappelé quelques chiffres effarants : au bec des 3 eaux, au vu des comptages effectués après la crue l’an passé -il me semble-,   il n’y a plus que 1 poisson sur 30 (60 à l’hectare, contre 1700 habituellement). Sur Guibelarte, 0 poisson au comptage …

La Grande Nive s’en remettra, on peut la considérer en convalescence. Elle se refera une santé, j’en suis convaincu. Certains de ses affluents pépinière n’ont pas été -trop- touchés par la crue dévastatrice de juillet 2014. Le Laxia par exemple. La vie reviendra de ces ruisseaux. Mais il faudra du temps. 3, 4 ou 5 ans probablement …

Revenons sur la casse d’une belle truite sur Louhossoa. Elle m’emmerde plus que d’habitude cette casse. Le cheptel de truites a pris une sacré claque, et j’en rajoute une couche en blessant un des rares poissons. Cette belle truite gobait sur une de mes bordures fétiches. Passé sur une pointe en 6X depuis quelques jours, elle n’a pas eu de mal à errailler le nylon sur les rochers lors du bref combat, et à se libérer … avec une comparadun olive dans les lèvres, ou à leur commissure (j’espère).  J’espère qu’elle réussira à s’en libérer.

Par ailleurs, j’ai croisé vendredi un moucheur sur Arrossa qui venait aussi de casser un beau poisson, également avec une pointe fine en 6X. En 5X il l’aurait peut-être amenée à l’épuisette, moi de même. J’ai donc pris la décision cette année et les suivantes peut-être, de ne pas descendre au dessous du 5X (15/100e pour faire vite). Ca peut paraître ridicule, d’autant plus si les circonstances actuelles m’obligent à pêcher avec des micro mouches comme les gnat ou spents sur hameçon de 21, qui font encore un peu monter les poissons. Mais je ne veux plus casser de poissons cette année, ou le moins possible.

Je pourrais me dire de ne plus pêcher la Nive en début de convalescence, le problème serait résolu. Oui … mais non, l’envie est trop forte, j’avoue. Je vais juste un peu plus détourner mes pas vers la Nivelle. D’autant plus que je déménage de Bayonne à St Pée cet été.

Pour finir sur une note positive, au vu de cette session d’hier, je suis plus optimiste sur les insectes : beaucoup de petits sedges gris, pas mal de petites éphémères claires (grises à corps légèrement jaunâtres, quelques mouches de mai …).  Seules les olives manquent à l’appel. Mais de la bouffe, il y en a … d’autant plus pour le peu de truites qui subsistent.

[Total : 6    Moyenne : 3.5/5]

54 réponses

  1. Salut Fred,
    Et oui, la période fatidique est arrivée et toujours très peu de poissons sur la grande Nive. Le constat est sans appel mais je pense que la convalescence va bien se passer, à condition que le NK dure au moins 3 ans. Très bonne idée que de pêcher en 14 ou 15. Je ne pense pas qu’une casse soit de nature à blesser, voire tuer un poisson. Par contre, cela peut permettre d’abréger fortement un combat.
    Pour les éclosions, d’accord aussi avec toi. Beaucoup d’insectes depuis une quinzaine de jours.
    A +

    • fred dit :

      Oui, en effet, une pointe un peu plus grosse permet d’abréger le combat et de relâcher dans de meilleurs conditions.
      A bientôt Pierrot !

  2. FARIOMAN dit :

    Salut Fred,

    C’est sur les quantités de truites sont faibles…après cette crue centennale en Juillet 2014, les compteurs sont tombés bas, mais encore plus grave la crue de février 2015 à était aussi elle extrêmement dévastatrice : y a qu’a constaté comment elle a de nouveau remodelé les cours d’eau…….ET BIZARREMENT ON EN PARLE PEUT !
    Nous sommes donc en 2015, en année 0 de la TRUITE au pays basque, et effectivement d’année en année le cheptel va se refaire NATURELLEMENT…..

    Les gardes sont de “mauvaise fois” en ce qui concerne les comptages de truites….CAR il ne s’agit que d’une question de méthode :
    Il y a des points de comptage fixe (comme celui des trois eaux), mais certains ont étaient dévasté par la crue de juillet : ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a plus d truite dans la rivière mais juste sur ce point de comptage : on ne peut donc pas du tout juger avec cette méthode A CAUSE DE LA CRUE QUI A MODIFIE LA RIVIERE….C’est en gros tout ce que leur reproche, de JOUER avec les chiffres.
    OUI et OUI il y en a moins, mais personne ne peut dire avec certitude à quel point (Un pécheur que je connait à fait une 60 Cm au bastan, au toc……!)

    Les truites étaient la avant nous et le seront après nous : Les gardes de la NIVE pensent peut être qu’ils sont “des sauveurs” de la nature …

    LES TRUITES ONT BOUGÉES COMME LA RIVIÈRE C’EST MODIFIE…Il aurait mieux valu chercher à trouver où elles sont “en masse” sur certains spôts qui les ont protégées et mettre des petits tronçons en réserve;;;j’aurai trouvé cela beaucoup plus intelligent que de mettre 20 Kmw en NO KILL (J’ai déjà vu deux truites mortes…surement relâchées par des NO KILLEURS Bien Faisant.

    A Bientôt,

    • fred dit :

      Slt Guy
      en effet la crue de février en a rajouté une couche, la Nive avait bien besoin de ça. J’espère que ces épisodes ne vont pas s’accentuer dans le futur.
      Sur les modalités de comptage, joker pour ma part, je n’ai pas d’infos mettant en doute la manipulation des chiffres par l’AAPPMA. ça leur servirait à quoi ? justifier le parcours no kill ? en sabordant l’image de la Nive auprès des pêcheurs acheteurs de carte qui les font vivre (en partie) ? Je n’y crois guère. Mais respecte ce que tu dis. Tu dois avoir des arguments irréfutables pour les accuser.
      Sinon j’espère que tu as raison sur le fait qu’il y ait des spots préservés. Ca accélérerait le repeuplement.
      Et dernier point que tu dois aussi envisager : que les truites mortes que tu as malheureusement trouvées soit dues à de mauvaises manipulations de pêcheurs peu au fait des pratiques de no kill, pas nécessairement de nokilleurs comme tu le suppose, ces derniers ayant plutôt l’habitude de relâcher proprement (cf http://www.la-peche-a-la-mouche.com/peche-no-kill-conseils-debutants/ ). Evite donc les conclusions à charge envers les nokilleurs ou le parcours no kill. Sur une zone non no kill, ces truites, tu ne les auraient peut-être pas vues car rapportées à la maison par un pêcheur gastronome. Mais ça auraient bien fait -2 sur la population de truites. Un -2 très discret et pourtant effectif.
      Et sur la Baigorry sinon, tu constates aussi un net déficit en truites ? Et plus haut dans les Aldudes ? Si la population de truites dans le chevelu est toujours là, alors on peut être optimiste, ça se reconstruira.
      A bientôt Guy et merci pour ta contribution, même si je ne partage pas tout!

      • FARIOMAN dit :

        Bsoir Fred,
        Merci pour ton commentaire :
        – on partage une passion en commun : la pêche à la mouche,
        – l’amour de nos rivières,
        ET cela passe au delà des divergences d’opinions sur certains sujets.
        Effectivement je pense que le nombre de permis de pêche cette année va baisser auprès de l’appma nive, car avec cette décision contestable de ce trop long NO KILL, ils se coupent la branche sur laquelle ils doivent s’asseoir…regrouper un maximum de pêcheurs dans leur asso !
        Pour finir, oui le nombre de truites a baisser de façons drastique et dans toutes les rivières.
        Ce n’est pas la première crue centennale (Et une très forte derrière) que rencontre les truites (nous oui !), elles s’en sortiront a nouveau comme à chaque fois depuis des millénaires.
        Nous faut qu’on soit patient pour que les rivières se refassent, “la galère” pendant 4,5,10, 15 ans….On en reparlera ….
        Oui il y a de la nourriture, et la nature peut vite reprendre ses droits……

        Au plaisir,

  3. luc dit :

    Bonsoir
    Reponse à Mr “Farioman”
    En Afrique ,les éléphants étaient la avant l’homme ,bientôt il n’y en aura plus….les saumons peuplaient nos rivières……et maintenant!!!!!comment peut on dire que la nature reprendra ses droits si on ne l’aide pas un peu ? et pour justifier quoi?
    Jeudi dernier ,j’ai rencontré 5 pécheurs de tarbes à arrossa,ils m’on dit être désolé qu’aucune mesures n’aient été prise après les crues sur leur rivières……et maintenant c’est la misère!!!!!
    Pour Fred maintenant
    Jeudi dernier:de 16h à 18 h gros vent sur la nive,zero activité,je monte sur st michel pour éviter la bredouille….c’était encore plus triste !!!!!
    Je redescend sur la grande,et le vent tombe…..un 19 .21 génial (5 poissons entre 37 et 40 en pleine forme)décrochés sans sortir de l’eau.
    De ce coté la Farioman rejoint mes constatations (des spots concentrent les rescapées des crues)
    NB:1 arc sur 5 poissons
    A plus

  4. pierrotlepecheur dit :

    Salut Farioman ;-))
    No kill ou pas, je serais mieux à partager une bouteille de rosé à Bidarray que d’aller gratter !!!

  5. oeillade dit :

    Quelques observations complémentaires té de Louhossoa:Mercredi 13 Mai aprés midi 0 gobage ,O insecte sur l’eau , 1 poisson de 30cm , Samedi 16 Mai aprés midi ,0 gobage ,O insecte sur l’eau ,0 poisson . No comment !
    Dimanche , demi finale perdue à Mont de marsan ….
    et retour à la maison

    • fred dit :

      Tu sais, moi, je serai presque content de voir l’Aviron en Pro D2, les matches de top 14 le samedi … ça contrarie les plans pêche !!
      non, je déconne … mais la Pro D2, c’est peut-être plus nôtre niveau au final … vivement le top 10, là, on ne sera pas invité et fini les gamberges.
      … je déconne encore 😉 ou pas
      Sinon niveau pêche, pareil, j’enfile les bredouilles. Hier dans la tempête de vent et de froid, vu 2 poissons actifs sur une émergence d’olives, loupé les deux au ferrage. Expertes les fifilles, de plus en plus.

      • pierrotlepecheur dit :

        Bon, les gars, OK, Bayonne a perdu mais c’est pour la bonne cause, on avait besoin de points ;-))
        Trêve de plaisanterie, je suis pour une union Bayonne Biarritz. ça pourrait être la naissance d’un grand club.
        Et ça ferait une 2è équipe UBB. Lol.

  6. Mizel dit :

    Bien sûr que la grande Nive s’en remettra, il suffit de se documenter.

    Si l’on écoute les spécialistes du milieu aquatique, les crues (même centennale) sont un bienfait (sauf pour les riverains bien entendu):
    “Les crues sont inévitables et nécessaires au bon fonctionnement des cours d’eau et de ses écosystèmes.

    Après le passage d’une crue on observe de profondes modifications dues à son pouvoir de déplacer les bancs de graviers, les ilots, le tracé des bras vifs, ou encore de combler ou de créer des bras morts.

    Ainsi les crues sont une composante essentielle de la régénération et de l’entretien des cours d’eau.

    Elles garantissent un renouveau régulier de leur morphologie et par là même assurent leur pérennité.

    Cette perpétuelle évolution est le critère d’un cours d’eau en bon état.

    Les débits extrêmes des crues sont un facteur remarquable pour le fonctionnement et le maintien des communautés biologiques et aquatiques sur tout le cours.

    Ces crues permettent de mobiliser des sédiments grossiers et de les transporter en aval, ce qui est un élément important pour les organismes aquatiques.

    En effet, le cycle de vie de nombreuses espèces est étroitement lié à un habitat composé en grande partie de dépôts alluvionnaires grossiers.

    La Capacité des crues à créer une grande mosaïque de milieu naturels permet la création d’habitats propices à accueillir les poissons.”

    On peut donc en conclure, que ne rien faire (je parle du No Kill), aurait été, aussi, une bonne solution et éviter ainsi la division, la crispation et toutes les empoignades destructrices de nôtre milieu de passionnés.

  7. Bubu dit :

    Bonjour. Je passe sur ce blog complètement par hasard et je vois beaucoup d’articles interessants. Étant un jeune pecheur au toc du pays basque (malheureusement il n’y en a pas beaucoup) je suis moi aussi tres touché de tout se qu’il s’est passer sur la Nive.. Quelle tristesse de voir la nive dans cet état ( même si petit à petit cela s’améliore). A travers tes articles, je vois qu’on a quand même beaucoup d’opinions differents, mais on a finalement la meme envie, préserver pour de longues années la peche de la truite fario, et préserver la nature et nos rivières. je vois qu’un sujet revient régulièrement dans tes articles : le no kill. Je le pratique en partie, mais pas intégralement, loin de la.. Je relâche régulièrement mes prises. Je fais partie de se qui peche les affluents de la Nive, et je dois te dire que je me régale. Malgré la crue beaucoup de ruisseaux n’ont pas été affectés (notamment à urepel, bidarray, baigorry, Larrau…)Je remets à leau une grande partie de ma peche. Mais j’aime (et le fais très régulièrement je l’avou et l’assume) garder quelques truites pour les manger en famille. Beaucoup de ces ruisseaux “pépinière”, sont vraiment bien peuplé en truites, je peux te l’assurer. Le Pecheur qui garde des truites de taille légale ne fait que prélever une partie du capital. Cela permet une certaine dynamique. Pourquoi croire que ce sont les pecheurs gardant quelques truites qui sont les fautifs au niveau des population. Je pense que le problème est ailleurs, sincèrement. certains veulent faire une institution du no kill en prétextant que la survie des cours d’eau a truites passe par la.. Moi j’apprécie de pecher, et de garder quelques truites des ruisseaux ou leau n’a pas de problème de pollution comme dans les petits ruisseaux de montagne. je pense seulement qu’on devrait plus se battre sur la qualité des cours d’eau, du substrat, la capacité d’accueil, et j’en passe. je pense que cela présenterai plus d’intérêt pour le milieu aquatique en général. Mon père me dit souvent que cest quand même curieux, on est moins de pecheurs qu’au par avant, et il y a moins de poissons.. assez bizarre non ? Pourquoi sans arrêt, tapé sur les tocqueurs qui gardent quelques truites (évidemment il y a une différence entre garder quelques truites, les tuer et les manger dignement, et remplir le congèlo). Par contre certains ruisseauxdu pays basque aurai mérité d’être mis en reserve, plutot qu’en no kill a mon avis. Je suis peut être un peux hors sujet sur cet article mais bon, malgré nos point de vue différents sur ce sujet notamment, c’est cool de pouvoir échanger, mon but est comme le tient, que la Nive reprenne du poil de la bête au plus vite. Je continuerai à suivre ton blog régulièrement. Amicalement, Bruno.

  8. Mizel dit :

    Bonjour Bubu,

    Ton avis est partagé par la majorité des pêcheurs.

    C’est bien de l’exprimer ici, car il existe une minorité “active” qui pense que le No Kill va sauver la nature et souhaite l’imposer à tous à “coup de texte” au moindre prétexte.

    Tu peux retrouver ce débat dans le chapitre “Un No Kill géant sur la grande Nive” de ce blog.

    Encore merci à Fred de nous laisser nous exprimer sur son blog.

  9. FARIOMAN dit :

    Salut mizel, bubu, fred,….et tous les amoureux de la pêche à la ligne.

    Avec où sans No kill, effectivement la grande Nive s’en remettra.

    En plus de la diminution du nombre de truites, il y a “des conditions météo” qui semblent perturber les truites !!!

    Par exemple sur un spot Grande Nive où 7/8 truites gobes fin avril début MAI, depuis 3/4 semaines, elles ne sortent plus le soir !

    Il en reste des truites, et même des petites (par exemple sur le secteur de bidarray on attrappe aussi maintenant des truites non m

  10. FARIOMAN dit :

    Salut mizel, bubu, fred,….et tous les amoureux de la pêche à la ligne.

    Avec où sans No kill, effectivement la grande Nive s’en remettra.

    En plus de la diminution du nombre de truites, il y a “des conditions ” qui semblent perturber les truites !!!

    Par exemple sur un spot Grande Nive où 7/8 truites gobes fin avril début MAI, depuis 3/4 semaines, elles ne sortent plus le soir !

    Il en reste des truites (Et des belles)…….., et même des petites (par exemple sur le bas du No kill, on a attrapé 5/6 de truites non maillées (sur 100 mètres c’est bon signe : certe avant elles étaient toutes “grosses” !).

    PATIENCE…seul le temps nous permettra de retrouver notre forte population de fario : surtout si aucune pollution supplémentaire ne vient s’ajouter et quel la fraye 2016 se passe sans encombre particulière (un crue par exemple !).

    Espérons que ses conditions estivales nous amène à tous, nos coups du soir tant attendus……

  11. fred dit :

    Bienvenue sur mon blog Bruno ! je n’ai pas le temps de disserter sur no kill ou pas aujourd’hui, mais retenons en effet ce qui nous réunit tous : une Nive en bonne santé qui autoproduit une population de truites de qualité.
    Je rejoins Farioman sur les conditions depuis quelques jours qui rendent nos panthères inactives : temps d’Est, pas de pluie, niveaux bas, eau se réchauffant un peu …
    Sinon, ne pensée pour mon pote Nico, en pèlerinage annuel dans le Montana et l’Idaho, qui va se réveiller d’ici une heure je pense, et filer direct vers la Henry’s Fork, où il fera surement plusieurs truites de plus de 50 cm dans la journée. La Henry’s Fork est majoritairement en no kill depuis longtemps. Ils sont fous ces américains.
    Ciao les gars !

  12. Mizel dit :

    Une bonne qualité de l’eau, c’est effectivement ce qui pourrait nous rassembler, mais on s’occupe, malheureusement, d’autres choses.

    C’est clair que les américains sont fous dans beaucoup de domaine, le pire c’est lorsqu’on les prends comme modèle.

  13. FARIOMAN dit :

    Salut à tous,
    GRANDE NIVE : On rentre encore d’un coup du soir qui pourtant avait tout de fabuleux : temps couvert (même de la bruine), pas de vent, température correcte,………et très très peu de gobage….Y PAS ASSEZ D’ÉCLOSIONS.

    Cela dure depuis de nombreuses semaines :
    – Conséquences de la crue + Diminution du nombre de truites + Pollution + changement climatique (TOUS CE VENT FORT, TOUS LES SOIRS QUI TOMBE TROP TARD !) ?????

    Y EN A ENCORE DES TRUITES MAIS ELLES NE GOBENT PLUS, les plus grosses sont sur les vairons.

    Prenez tous du plaisir au bord de l’eau.

  14. pouey dit :

    Ola Farioman !
    Le manque d’éclosion est maintenant flagrant pour tout le monde. Il me semble directement imputable aux 2 crues qui ont du “racler” le fond de la rivière. Le problème, c’est que s’il n’y a plus de nymphes dans le substrat, il n’a plus d’éclosions, MAIS IL N’Y A PLUS NON PLUS DE PONTE. Je pense que nous devons donc nous attendre à pêcher quelques années dans une rivière qui sera très pauvre en insectes…tout comme elle est pauvre en truites. Le temps arrangera les choses j’en suis certain, et le no-kill va y contribuer. Il ne me semble pas vraiment utile de continuer à débattre sur l’utilité de cette mesure, on ne sera sans doute jamais d’accord mais ça n’est pas très important.
    A plaisir de déboucher ensemble une bonne bouteille au bord de l’eau !!!

  15. Parrouffe dit :

    Bonsoir amis pecheurs

    A force de chercher des solutions et de choisir s il fallait ou non continué à pêcher en no kill ou non s il fallait ou non continuer à diviser les pecheurs en imaginant qu ils aient tous raison,j ai enlevé mais waters je me suis baigné dans cette nive j y ai mis les mains sous ses grosses pierres et j ai tout compris elles étaient là douces, lisses et rapides…. J avai oublié ,tant d années de PECHE moderne de nokill de photos de concours et j en passe POURQUOI j étais là ? En fait j étais là pour m amuser uniquement pour m amuser. L a solution était là sous mon nez Dame nature est claire mais l on se cache les yeux “être vivant mange si tu a fin mais ne tue plus pour rien soit raisonnable ne coupe pas la branche et ne JOUE plus avec moi”
    Pour ma part j ai changé je ne pratique plus le NOKILL et je me passe de poissons dans les parcours sensibles. ma passion en a pris un coups mais qu elle importance quand l on aime la nature vous voyez bien qu il n y a plus grand chose quand même interdisons la PECHE et mettons la Nive en réserve ne pensons pas qu a nos precarrés etes vous prêt à franchir le pas vers le vrais progrès d une gestion efficaces ?
    Respectueusement phil
    Bien à toi fred

    • Bonjour,
      Cette année, toutes mes sorties sur les nives ont été désastreuses.
      Désastreuses d’un point de vue halieutique parce que j’ai toujours autant de plaisir à me retrouver au pays basque au bord des rivières.
      BIEN SUR QUE SUIS D’ACCORD POUR METTRE LA GRANDE NIVE EN RESERVE !!!! et peut-être aussi certains secteurs de la Baïgorry qui ont énormément souffert.
      Mais quand je me rappelle le b…..l que le projet de nk a déclenché, toi en premier tu dois le reconnaitre …. Tu as changé d’avis et c’est tant mieux.
      Nous avons pas loin de chez nous un exemple à suivre en Navarre.
      De toutes façon, réserve ou pas, la désaffection des nives s’est déjà amorcée ( 4 pêcheurs croisés en 2 we de pêche ) et elle aura indirectement un effet à peu près similaire à une interdiction de pêche.
      Mais je préfèrerai quand même que nos instances halieutiques prennent leurs responsabilités, ce qui aurait l’énorme avantage que nos rivières se refassent une santé rapidement ( 3 à 4 ans ).
      Sinon, cette situation risque végéter pendant des années et contribuer au fait que nos nives redeviennent des rivières ordinaires.
      Petit aveu : quand je disais au début de mon commentaire que je prenais toujours autant de plaisir à parcourir les nives, je mentais bien sur, un peu par fierté vis à vis de ces rivières que j’aime tant. Certains coups du soir, lorsque seuls sont visibles les gobages de vandoises et de chevesnes, lorsque les berges sont absentes de tout pêcheur, lorsque la rivière semble désertée par nos belles farios, il arrive que les larmes me viennent aux yeux.
      La maladie des nives est profonde !

  16. Parrouffe dit :

    Bonsoir
    Les résultats tombent en fin de saison le no kill fait fuir la majorité des pêcheurs sur les nives malgrés une réelle envie de continuer à cotiser sur nos appma en réponse à l enquête du collectif tous pecheurs engagée cette saison la direction de la majorité des pêcheurs ne cotionnent pas la direction halieuthique du no kill en général . Évidemment ces mêmes pecheurs ne votent pas ne s’impliquent pas et certains veulent rentabiliser leur permis et alors c est leurs pensés nous devons les respecter . Le no kill doit rester à sa place , celle d un choix et non d une dictature de gestion piscicole . Mieu encore , à force de protéger la nature en la faisant souffrir nous risquons même de nous voire interdire le choix de relâcher ou pas même non mailler car évidemment qu il n est pas naturel de faire souffrir pour rien . Iradiquons du pays basque déjà , les precarrés , les parcours NO KILL , les parcours RÉSERVE MOUCHES SEICHES et parcours privés payant et tout ce qui divisent les pecheurs anciens ou à venir
    Stop au no kill ostentatoire

    • Le No Kill a fait fuir les pêcheurs ?
      —-> TANT PIS pour les pêcheurs qui ne viennent plus, ça veut dire que leur objectif premier est de prendre des poissons. Je n’ai rien contre, dans une certaine mesure, mais ça n’est plus compatible avec l’état actuel des rivières basques.
      —-> et TANT MIEUX pour le peu de poissons qu’il reste.
      En ce qui me concerne, et en toute modestie, je fini la saison la tête haute car je n’ai pas abandonné les Nives et ne les abandonnerai jamais, dussais-je devenir un pêcheur contemplatif ( que je suis peut-être déjà ) et ne pêcher que 1 ou 2 gobages par jour.

      • Parrouffe dit :

        Bonsoir pierrot
        Franchement si tu aime tant la nive et les truites ne va plus a la peche car tu risque d en tuer pour rien en no kill . comme tu le dis tu n a qu a les contempler et là tu sera sur et certain de n en blaisser aucunes.
        Stop au no kill qui kill quand même

        • Ne plus pêcher ? Quelque chose a du t’échapper… par contre ….
          Tu sais, en Suisse, et peut-être ailleurs, certains pêchent à la mouche sans hameçon.
          Uniquement pour le plaisir de voir la truite monter sur une artificielle 😉

          • Parrouffe dit :

            S ils pêchent sans hameçon c est qu il ont compris que le no kill , kill quand même et que tuer pour rien et amoral et meme honteux , “nous ” les soit disant no killers par protection du poisson et une mascarade en fait nous devons changer et ne plus faire souffrir pour rien ne soyons pas égoïste de passer notre passion devant l évidence . va au bout de tes dires ne mets plus d hameçon et la vraiement tu sera un vrai Brad Pitt N e noie plus le poisson notre passion et en fait pas très naturelle et équitable car pêcher avec des artifices modernes des poissons sauvages juste au Momment ou elles gobent elles n ont pas de chances et se font mutillés voir tuées pour rien. Un jour bénis viendra ou un homme pêchera un poisson pour ce nourrir et rentrera chez lui en comprenant son geste et ne prélèvera que son besoin et ne t’en déplaise il sera sûrement gérer le fruit de sa rivière et pas comme dit plus haut avec une histoire d éléphant ou autre déséquilibre pris en exemple de mauvaise foi

          • pouey dit :

            N’emploie pas des mots comme “honteux”, par pitié.
            On t’a déjà trop souvent reproché tes débordements dans tes messages et j’espérais ne pas en voir d’autres.
            Le no-kill, jusqu’à preuve du contraire, ne tue qu’un minimum de poissons et il n’existe que parce qu’il existe des viandards.
            C’est dommage car cela ne concerne qu’une minorité de pêcheurs.
            Le jour où il n’y aura plus de viandards, les no-kill n’auront plus de raison d’être.
            Voilà-voilou.

          • FARIOMAN dit :

            Salut à tous,

            Tous le monde à raison….
            Il y aussi pire que les viendards qui pêchent à la régulière (Je veux dire sans asticoter…) :
            – des braconniers (évidemment personne ne sait : nous avons encore cette année trouvé des berlingots de javel : peut être quelqu’un qui à lavé son linge ????….) !
            De GRAVES pollutions incessantes, ….qui se taisent souvent (FAUT PAS EN PARLER…..à cause de l’économie local !!) et qui abîme chaque jours encore plus nos rivières….
            CELA fait plus de mal que tous les NO KILLEURS ET PÊCHEURS DE LA NIVE REUNIS.
            ET NOUS PAUVRE PÉCHEURS PASSIONNES “COUPABLES” !
            NOUS TOUS QUI ADORONS ÊTRE DANS CETTE NATURE AUX APPARENCES PROPRES, NOUS SOMMES aujourd’hui d’opinion divisés sur la pratique d’une passion commune (qui doit est surement inscrite dans nos Gênes : LA PÊCHE)…
            ET LE LIBRE ARBITRE DE CHAQU’UN ALORS : PAS BESOIN DE NO KILL (Et les rivières seront à nouveau beaucoup plus fréquentées…) ?

            LA NIVE à voulu mettre en place des solutions à la hâte (Allez je vais être sport : je pense quand même que cela doit partir d’un bon sentiment : du moins je l’espère !) : OK.
            Sans concertation directe avec un maximum de pêcheurs : DOMMAGE.
            ( QUI A UN FICHER DES PÉCHEURS et QUI pourrait communiquer diverses infos “locales” par mail ???), Nous sommes en 2015 la communication est facile et Maintenant que les permis sont pris par internet LES MAILS DES PÉCHEURS SONT LA.

            METTRE EN PLACE “UNE MICRO SOLUTION” POUR TRAITER LES CONSÉQUENCES (Même si notre principal soucis actuellement est d’origine 100% naturelle : DIMINUTION DRASTIQUE DU NOMBRE DE TRUITE SUITE UNE CRUE CENTENNALE : Nous ne devrions pas en voir d’autres….) SANS S’ATTAQUER AUX CONSÉQUENCES SANS S’ATTAQUER AUX CAUSES…….EFFECTIVEMENT CELA NE ME PLAIT PERSONNELLEMENT PAS.

            MAIS LA GRANDE NIVE S’EN REMETTRA ET IL RESTE ENCORE QUELQUES JOURS DE PÊCHES……

            RENDEZ VOUS AU BORD DE L’EAU……….

  17. Parrouffe dit :

    Bonsoir Pouey

    En fait il faut que tu comprennes que nos opinions vont dans la même direction la rivière et ceux qui l habitent. Nous sommes simplement opposés à cette radicalisation du no kill en outil de gestion piscicole car demain viendra un groupe de “pêcheurs” plus intelligent que les autres, prendra le bureau d assaut et statuera pour un no kill réservé a tel ou tel technique de PECHE moins impactente que les autres puis un autre bureau statuera pour une peche réservé au habitant régionaux puis départementaux puis communaux toujours dans une direction de protection du milieu bien sur ils aurons toujours raison car s il ya moins de pecheurs meme en nokill il y aura “plus ” de poisson . Tu comprend que l on soufflent sur des moulins à vents , quand l on balaye d un revers de manche , le mots “viandard” en joker. Alors qu en fait nous voulons protéger aussi tes libertés de demain . Le no kill doit rester un choix personnel (les parcours réservés a tel ou tel techniques doivent disparaître ) tous pecheurs avec les mêmes droits , les reservés doivent suffirent a une bonne gestion et tant pis pour les fausses excuses de dynamique commerciales puisque les nives sont désertées en no kill quand meme.
    Tu vois ce n est qu un discours vers les libertés de chacun et non des attaques personnelle et c est là la difficulté car l analyse faite entre tous les pecheurs du collectif tous pecheurs les enquêtes papiers et internet pecheurs de tous bord et toutes techniques et philo les entretiens avec hydro bio et aappma de diverses régions et instances il en ressort qu une seule équité !!!!! L égalité…… Et bien sur sans gonflé le truc la liberté
    Bon salut et désolé si tu trouve que j ai encore débordé mais le fond n est pas vicieux

    • Helas, la liberté de chacun ne peut plus exister quand des rivières ( les nives et les autres ) ont été ravagées et que les populations de poissons ont été décimées et on doit coûte que coûte empêcher certains pêcheurs qui seraient prêts à prélever le dernier poisson sans aucun scrupule.
      La liberté au sens large est impossible dans une société et certaines règles sont indispensables pour gérer des situations que certains sont incapables d’appréhender.
      Il y a quelques décennies, chacun pouvait faire ce qu’il voulait de ses prises, sans danger pour la survie des espèces. Maintenant, les temps ont changés. Beaucoup l’ont compris, d’autres non et pour ces derniers, on est obligé de mettre en place des mesures qui emmerdent tout le monde.
      Quand au no kill, je le répète, c’est bien mais j’aurais préféré que l’on aille encore plus loin, c’est à dire vers une mise en réserve. Et c’est une mesure qui devrait être envisagée pour beaucoup de rivières : des interdictions de pêche en rotation et par secteur.
      Tu dois te balader sur les forums ? Dans ce cas, il ne se passe pas une semaine sans qu’on entende dire : il n’y a plus de poissons dans la rivière X, ou Y. Bien sur, ça n’est pas du qu’aux pêcheurs, mais quand même.
      Je passe en moyenne 20 week end par an au pays basque et, combien de fois j’ai vu des toqueurs faire des cartons dés lors que les eaux se troublent. C’est ça ta liberté ?
      De toute façon, dis toi bien qu’il n’y plus aucune alternative dans les 20/30 ans qui viennent. Ca sera ou no kill, ou réserves ou plus de poissons dans les rivières.

  18. Parrouffe dit :

    Mais dis donc pierrot tu finirais finalement d accord avec la proposition du plan de gestion proposé par le collectif tous pecheurs a l aprn et l app nivelle de l,an dernier et refusé meme de lecture par l ap nive Ce plan qui reposer entre autre sur des reservés cycliques suivi par des parcours découverte à un éprise maxi en lissant tous les parcours abolissant les passe droit
    Etc etc mais bon si ce plan t’intéresse je peut te le faire parvenir ainsi que tous les dossiers y affairent
    A plus

    • pierrotlepecheur dit :

      Ne me pose pas cette question stp … Je prône ces réserves depuis très longtemps. Tant qu’elles n’existent pas, je soutiens le no-kill qui est beaucoup mieux que de ne rien faire.
      En fait, ce qui me trouble, c’est l’aversion de certains pour le no-kill et je me demande si elle ne vient pas du fait que cette pratique soit intimement liée avec celle de la pêche à la mouche. Alors, pourquoi les moucheurs dérangent ?
      Leur réputation souffre t’elle encore de l’image des chapeaux à plume d’antan ?
      Certains considèrent ils encore que cette pratique soit élitiste ? ce qui est archi-faux, bien sur.
      Et quant tu parles de passe-droit, je sens bien que la pam est visée. Mais quels sont ils ces passes droits ? Etant moucheur, je voudrais bien en profiter…
      Enfin, explique-moi comment marchent les parcours une prise ? Quand on a pris un poisson, on fait no-kill ? 😉

  19. FARIOMAN dit :

    Re SALUT LES “PECHOUS”…..

    Je n’ai pas eu l’occasion de lire le plan, et comme tu as proposé à une autre pêcheur ” bon si ce plan t’intéresse je peut te le faire parvenir ainsi que tous les dossiers y affairent” : tu peux me l’envoyer STP.

    A Bientôt,

  20. parrouffe dit :

    Bonsoir messieurs
    Nous devons valider encore quelques points important avec notre hydrobio préféré et le plan sera dispo nos problèmes majeurs sont bien sur la bonne volonté d ouverture et nos remise en question commune Pour l instant la mise en réserve n est possible que sur Cinq ans 5 (soit disant une obligation fédérale les aappma ont des devoirs mais pas beaucoup de pouvoir en fait), est donc ne permet pas une mesure de protection d urgence et évidemment les parcours no kill trouvent à défaut leurs place en outil de gestion d’urgence (mais ils étaient déjà en place avant . 3 parcours sur la nive comme ça pour le plaisir….toujours un peu plus ….) Il est aussi donner en opposition aux réserves l’effet KERMESSE et oui vous pensez bien qu ‘après une ouverture de réserve les PECHEURS affluerons pour tentez leurs chances sur des poissons moins méfiants , mais ce n est pas tout (non non non Les parcours no kill sont idéals….) Les retombés commerciales “énormes” engendrés dans la vallée …… de toutes façons même une’enquête en bonne et due forme, dans les quelques commerces qui ne voient plus que des pêcheurs qui ne consomment plus grand chose ne serait empêcher une autre excuse à l instauration de réserves cycliques et itinérantes qui balayerais les parcours no kill.
    Je peut t envoyé farioman par mail le projet puisque tu le demande est tu pourras nous donner ton avis est tes propositions .
    Pierrot franchement il faut arretter avec les clichés des viandards , des chapeaux à plumes et tout le toin toin du café du commerce nos idees converges et nous ni ferons rien mais soyons efficaces propose un plan de gestion même en ébauche et bosson ensembles au lieu de ce tirer la bourre , même si l on écrit des conneries notre passion nous réunis quand même , c est pour cela que nous battaillons des plombes tous ensembles Et qui sait peut être que quelqu’un de plus intelligent que nous viendra piocher des idées , qu il s’approprira surement mais on s en cogne car sera bon pour la riviere et les pecheurs .
    Un bureau d appma ideal serait composé de pêcheurs avec des idées et technique diametralement opposés et même de non pêcheurs incroyable gino le manouche assit entre les Gobages et les Rapalas qu elle photo
    Je parle pas des parcours réservés à la mouche fouetté ( j ai essayé sur une mouche vivante de la fouetté mais je n est pas réussi sans me fouetté les doigts, alors j ai abandonné) que l on vois fleurir partout en france Qu en pensez vous ? et sur le domaine publique ?
    Que pensez vous aussi du paiement des panneaux des parcours no kill par des sponsors commerciaux sur le domaine public ? et pourquoi ? dans quel but ? quel intéret en ont ils ? A quand la gestion par des marques ? du coup au bord de nos rivières il y a deux panneaux( les notres et les leurs ) par arbres pour indiquer les parcours no kill les arbes adorent et pour les aidaient a supporter ce fardeau ont les peints en fluo . mdr
    Se sont des questions qui nous ont été posés sur nos enquêtes papiers et internet

    PS FRED OU ET TU ?

  21. mizel dit :

    Bonjour à tous,
    Vous êtes donc reparti sur le débat no kill intégral, lol.

    En fait, pour résumer, la pêche c’est un acte de prédation qui anime les pêcheurs et qui est le fondement de ce loisir.

    Même en no kill intégral, traquer et attraper un poisson est bien une prédation et non pas un jeu.

    Il faut donc arrêter de penser que l’on protège le milieu en pratiquant le no kill obligatoire ou en privilégiant un mode de pêche.

    Le problème est ailleurs et on l’a déjà dit (qualité de l’eau, continuité écologique, zone de fraie).

    Matraquer les gens avec des règlementations ne changera rien, si ce n’est d’augmenter la fuite des pêcheurs sur d’autres secteurs, voir sur d’autres loisirs.

    Pour qu’il y ai “pêche”, il faut des poissons, c’est aussi simple que cela.

    Et s’il n y a pas (plus) de poisson, on en remet (mais c’est bientôt interdit, gestion patrimoniale oblige sur certains secteurs), on arrête de pêcher ou on ferme .

    On peut aussi profiter de notre merveilleuse région en observant la nature en se promenant, sans canne à pêche, avec un casse croute et avec un appareil photo.

    Le mieux finalement, c’est peut être d’adhérer à une association de protection de la nature plutôt qu’à une association pour la pêche, non ?

    • Parrouffe dit :

      Bonjour mizel
      Aujourd’hui La politique de nos appma et fédé et sur la conquête de tous les territoires de pêche elles ont déjà du mal à s occuper de leurs parcours qu elles convoitent le moindre ruisseau la moindre rigole à qu elle fin ???? Nous ne comprenons pas non plus l acharnement sur les aappma privés non réciprocitaires àprès tout l aprn et les autres vu leurs minorités peuvent finalement permettre dévaluer une politique de gestion différente et pourquoi pas y prendre des idées intéressantes ou éviter des erreurs et bien non le secteur public s’acharne moralement et juridiquement sur ces associations Nous espérons que ces attaques soient réelles et fondées et prouvées et non dans un but de décourager ces bénévole et de récupérer ces PRÉCIEUX BAUX . J espère de tous cœur que nos paysans BASQUE tiendront leurs cap et garderons la barre de leurs bijoux qu ils nous laisse encore l accès a leurs terres. En fait entre la direction de nos aappma par des gens passionés mais non professionnel de la gestion piciscicoles et le soutien de jeunes hydrobiologistes surboustés par leurs longues études du milieu aquatiques et lunaire chapeauté par tous les LOOBING et bien oui Mizel tu a raison il vaut mieux adhérer à une asso de protection de la nature et tout particulièrement une asso des poissons d eau douce , en connaît tu une ?

  22. mizel dit :

    Il y a beaucoup d’associations de protection des animaux sauvages qui se battent, entres autres, pour créer des réserves de vies sauvages (ni chasse, ni pêche, même en no kill) et qui considèrent que la pêche est cruelle, surtout si le but est uniquement de “jouer” avec des animaux.
    Il suffit de taper sur le net “Associations pour la protection des animaux sauvages” pour choisir.
    Si l’on veut être cohérent et aller au bout de la démarche protection de la nature, il faut arrêter la pêche et “foutre la paix” aux poissons survivants.
    Et bien évidemment agir en toute indépendance, pour la protection du milieu.

    Si nos AAPPMA ne représentent plus TOUS les pêcheurs et se dirigent vers une “pseudo écologie” de bobos, le mieux c’est de se tourner vers ces associations de protection de la nature et de faire de la chasse photographique.

    Cordialement.

  23. pouey dit :

    Bonsoir Mizel,
    Entièrement d’accord avec toi pour que les secteurs touchés de la Nive soient mis en réserve. Il faut absolument préserver le peu de poissons qui reste car, bien que je pense que le no-kill soit une bonne mesure, je suis malheureusement persuadé que certains ne le respectent pas. Une réserve est beaucoup plus facile à contrôler.
    Par contre, et j’en suis désolé, je ne suis pas du tout d’accord avec toi quand tu dis que les pêcheurs sont animés par un acte de prédation. C’est faux en ce qui me concerne et c’est également le cas pour beaucoup de pêcheurs que je cotois.
    Cordialement,
    Pierre

    • parrouffe dit :

      bonjour pierre
      Qu est ce que l instinct de prédation ? qu est ce que l intuition ? qu est ce que la peur ? etc ;;;; si ce n est des héritages ancestraux animal. L on leurs donne des fois des “noms” moderne plus civilisé comme dans l ordre
      instinct de prédation = plaisir de l acte de pêche avec un grand P
      intuition = la chance ou pour certain le talent
      la peurt = la prudence
      La traque = la traque (celle la elle et toujours là alors c est pas terrible , mince ;;;)
      etc
      si ce n’est pas un acte de prédation qui nous pousse à la pêche dit moi qu est ce qui nous aspire de la sorte ?
      bon dimanche à vous et bonne pêche a tous ceux qui peuvent y aller

    • mizel dit :

      Bonjour pouey,
      La prédation c’est l’action de traque et de capture par son prédateur, peut importe si on relâche ou si on mange (un peu comme le chat qui joue avec la souris).
      Les gens pêchent pour assouvir leurs instincts de prédateurs.
      Il faut accepter cette évidence.

      • pouey dit :

        Faux et archi faux 😉
        Comment peux-tu être aussi sur de toi et être surtout intolérant vis à vis des gens qui ne partagent pas ton avis ?
        Je pense pouvoir te prouver que la pêche n’est pas obligatoirement un acte dicté par l’instinct de prédation.
        En effet, il existe une différence fondamentale entre la pêche et la chasse : le fait d’avoir le choix de tuer.
        Et en ce qui me concerne, lorsque je pêche, beaucoup de choses m’animent : la contemplation des l’environnement, l’attente des éclosions et des gobages, le plaisir de pouvoir leurrer un poisson avec une mouche que j’ai fabriquée, mais jamais l’instinct de prédation. Ou plutôt plus jamais car j’ai tué beaucoup de poissons par le passé. Pour cette raison, je respecte totalement les pêcheurs qui gardent les leurs. Dommage que ce respect de l’opinion d’autrui ne soit pas toujours réciproque.
        Quand au chat et la souris, ton exemple n’est pas bon : lorsque le chat ne mange pas pas la souris, ce n’est pas de la prédation mais un jeu ( certes cruel ). En effet, il est bon que tu saches que le mot prédation ne veut pas dire simplement tuer, mais plutôt tuer pour se nourrir. La différence est fondamentale !!!

      • FARIOMAN dit :

        Salut à Tous,

        VIVE LA PÊCHE A LA LIGNE.

        « Nous, Homo sapiens, sommes des Mammifères et ce au même titre que les cinq mille autres espèces poilues peuplant la Terre qui donnent naissance à des jeunes que leur mère allaite dans le premier âge » ET des grands prédateurs.

        Depuis la capture d’un cœlacanthe vivant, à la mi-août 2003, au large des Comores, la communauté scientifique est en émoi. Dans les gènes de ce poisson, considéré par certain comme un fossile vivant, qualificatif que d’autres réfutent, se trouvent peut-être la réponse à une question pour l’heure restée sans réponse : qui est la chaînon manquant entre le poisson et le tétrapode, qui comprend batraciens, reptiles, oiseaux et mammifères, dont l’Homme ?

        Résoudre cette question permet à la communauté scientifique de comprendre comment l’homme est passé du milieu aquatique au milieu terrestre.

        A l’issue d’un travail titanesque de dix ans, le fameux poisson se retrouva en une de la revue scientifique Nature, en avril 2013 : il venait de livrer ses premiers secrets.

        Dans leur rapport, l’équipe d’Amemiya explique que “l’analyse génétique montre assez fortement la preuve que les tétrapodes sont plus proches des salamandres que des cœlacanthes”. Malgré ce résultat, l’étude des gênes du poisson ne perd pas son intérêt car ces derniers sont plus facilement maniables que ceux de la salamandre, et apportent de meilleures chances de comprendre comment la vie a pu coloniser la terre. Autre résultat étonnant : le cœlacanthe est plus proche de l’Homme que du saumon ou du requin. Plus de 75 ans après sa découverte, le poisson vient de livrer ses premiers secrets et ne devrait pas s’arrêter là.

        Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/chainon-manquant-entre-poisson-et-homme-identifie-connaissez-nom-cet-animal-vieux-plus-70-millions-annees-973738.html#JwfrhzTFoJ0dE7wH.99
        Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/chainon-manquant-entre-poisson-et-homme-identifie-connaissez-nom-cet-animal-vieux-plus-70-millions-annees-973738.html#JwfrhzTFoJ0dE7wH.99

  24. mizel dit :

    Bonjour pouey,
    Si tu cherches sur le net tu trouvera la définition suivante de la prédation :
    “Exprime l’acte d’un animal, un prédateur, capturant ou se nourrissant d’un autre animal, la proie, appartenant à une espèce différente et en général plus petite.”
    On voit nettement “capturant ou se nourrissant”, ce qui me permet d’être sûr de ce que j’avance, les mots on un sens.
    Ce n’est pas être intolérant que d’exprimer un avis différent.
    Pourquoi ne pas accepter cette définition, ça te gêne ?
    Tu précises que tu aime la pêche pour le paysage, la contemplation, tu peux faire cela sans canne à pêche.
    Après tu dis leurrer un poisson, c’est, je pense, pour le capturer , alors tu es dans une “chasse”.
    Pour l’exemple du chat, qui est un prédateur, tu corriges en disant qu’il joue à un jeu cruel, c’est exactement ce que pense les gens encore plus extrémistes que les adeptes du no kill obligatoire et c’est pour cela que dans certains pays (la Suisse entres autres, il est interdit de pêcher intentionnellement des poissons que l’on ne veut pas garder).
    Pour revenir au sujet, le fait d’obliger les pêcheurs à pratiquer le no kill avec des arrêtés préfectoraux, est inutile pour la protection de l’environnement (la aussi tu peux chercher sur le net), et discriminant.
    Profiter d’un évènement climatique pour passer en force et imposer 50 % d’une rivière en no kill, a juste pour but de se donner une image.
    La majorité des pêcheurs n’acceptent pas cette façon de gérer la pêche.
    D’autres secteurs touchés par cette crue (les hautes Pyrénées), on été gérés autrement avec simplement pour objectif de satisfaire tous les pêcheurs.
    Cordialement.

  25. parrouffe dit :

    Pour ceux qui le souhaite voici un document intéressant d un simple docteur en SOCIOLOGIE sur les pêcheurs sans paniers et les attenants commerciaux et SPIRITUELS bon certes il faut lire 300 pages mais je pense qu il à tout compris sans jamais avoir tenu une canne à pêche de sa vie
    Pour ceux qui lirons la thèse nous pourrons relater sur l impact des sites internet très connus et marques diverses, sur cette radicalisation de la pêche sans panier, il y aura tant de choses à dire…

    bonne lecture
    /Users/philippe/Desktop/théese roux frederic.pdf

    • pouey dit :

      Vous me faites vraiment marrer tous les 2.
      Les Don Quichotte du no-kill :-))
      Pourquoi vouloir imposer votre pensée ? Alors que moi, je ne suis aucunément dérangé par quelqu’un qui prélève des poissons. Mystère …
      Pour en faire une telle fixation, je me demande si, dans vos inconscients, vous n’êtes pas des no-killeurs que s’ignorent. Sérieux !

  26. parrouffe dit :

    http://www.fichier-pdf.fr/2012/12/08/these-f-roux-complete/
    Oups désolé j me suis trompé de lien
    Boujour poey tu te trompes j étais no killer partiel depuis une dixene d années et j en prôné les bien faits que l on m avais vendu (si mode il y avait, le no kill aujourd hui est dépassé pour nous ) ,la remise à l eau n est pas une mesure de gestion et de préservation du milieu . aujourdhui il y a moins de poissons il faut trouver les vrais solutions ce n est pas en obligeant des parcours no kill ou reserver a tel ou tel pecheurs que nous résoudrons les problèmes en fait nous luttons contre cette fausse solution que sont les parcours nokill , voila pourquoi il te semble que nous sommes contre les parcours no kill Pendant que les loobies en profitent pour faire leurs beurres en divisant les pêcheurs et en obligeant des équipements dans tel ou tel parcours exemples; parcours pêche à la mouche seiche obligatoire en explication de technique moins impactante !!!! un jour tu veras ils t’ (nous) obligerons à pêcher sans hameçon et il te (nous) ferons passer à a télé en disant que tu (nous) est le nouveau bradd pitt et tu (nous) te prendra le choux avec les no killers hameçonés qui sont d ailleurs déjà sans ardillons .Perso je ne vais à la pêche que lorsque je veux manger du poisson je ne fais plus de no kill et quand j ai mes poissons, je rentre; mais c est perso et je ne te l imposerais pas bien sur je vais beaucoup moins a la pêche ,mais peut être un jour je pourrais reprendre ma passion sans restriction mais là c est pas gagné . Je rêve que des No killer extremistes comprennent que les parcours no kill ne sont pas la solution et cherche ailleurs ….
    Nous ne sommes pas d accord et alors…. nous communiquons et cherchons toutes les solutions possibles et je suis prêt a être convaincu

    http://www.fichier-pdf.fr/2012/12/08/these-f-roux-complete/

    • pouey dit :

      Où ais-je dit que le no-kill était une méthode de gestion ?
      Je le pratique car je ne peux plus tuer un poisson, j’y peux rien.
      D’autre part, j’affirme que, quand la population d’une rivière a atteint la côte d’alerte, il vaut mieux un no kill que rien du tout. L’idéal étant pour moi une mise en réserve intégrale. Une année vient de s’achever et tout le monde est unanime sur l’état plus qu’alarmant des nives.
      Quand à la pêche sans hameçon, ça existe et franchement ça ne me poserait pas trop de problème.
      Pour moi, la pêche, c’est :
      – la fabrication des mouches
      – la fabrication de cannes en bambou
      – la lecture d’ouvrages halieutiques
      – le plaisir d’être au bord de l’eau
      – le partage de bons moments avec les copains
      – l’attente des gobages
      – le ferrage d’un beau poisson et sa remise à l’eau
      Dans ces conditions, tu comprends bien que si tu m’enlèves l’hameçon …il me reste encore de quoi m’éclater 😉
      Et méfions nous que les rivières sans poisson n’arrivent pas avant la pêche sans hameçon.

      • parrouffe dit :

        Bon j ai bien compris ta façon de pêcher et cela te suffit t en mieux pour toi .
        Je débattrais avec d autre pêcheurs sur des propositions ou des idées afin de peut être trouver des compromis de gestion piscicole plus efficaces et égalitaires que les parcours PNK ou parcours réservés à la mouche fouettés.
        salut pouey

        • pouey dit :

          Ah, merci !
          Je te souhaite un bon combat contre les no-kill et les parcours pour la mouche fouettée, mais n’oublies pas s’il te plait les matraqueurs de poissons. Il y en a encore beaucoup et ce sont très rarement des pêcheurs à la mouche.

          • parrouffe@wanadoo.fr dit :

            Quel dommage que tu ne rejoigne pas notre collectif nous manquons de nokillers empreint à communiquer !!!
            je suis étonnais d ailleurs de ne pas avoir de nouvelle de FRED j espère que tout va bien ? quelqu’un à des news ?

  27. mizel dit :

    Bonjour à tous,
    Pour que les choses soient claires de mon côté, je n’ai rien contre les “nokillers” (je relâche d’ailleurs la plupart de mes prises).
    Je suis juste contre le fait que l’on m’oblige à le pratiquer à “coup de règlementation” en me disant “c’est pour sauver la rivière”.
    C’est juste une remarque sans colère, il y a d’autres raisons, autrement plus importantes dans la vie, pour se fâcher.
    Cordialement.

  28. parrouffe dit :

    bonjour
    est ce que la grande nive s en remet ? des chiffres ? des directions? quelqu un est au courant ? niveau info c est le black out

  29. Bonjour,
    Effectivement, la grande Nive ne fait pas parler d’elle mais elle ne s’en porte pas plus mal, au contraire 😉
    Laissons la se refaire une cerise, tranquillou …
    Je l’ai pêchée plusieurs fois cette année et j’ai vu certaines choses rassurantes, avec des secteurs ( que je ne nommerais pas ) pourvus d’une bonne densité de juvéniles, comme si la nature semblait vouloir mettre les bouchées doubles.
    Sinon, grosses désertion des pêcheurs mais ça, c’est aussi une bonne chose. Restent les no-killeurs et comme ils ne sont pas majoritaires, ça ne fait plus beaucoup de monde.
    En ce qui me concerne, je suis donc plutôt optimiste. Les mesures prises ont été les bonnes et pour en avoir discuté dans pas mal de régions halieutiques, j’ai souvent entendu dire : vous avez de la chance, par chez vous d’avoir des gestionnaires qui osent prendre les bonnes décisions …
    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus peche a la mouche interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer