Pêche, raft et caetera !!!

Par le fruit du hasard de mes rendez-vous professionnels, j’ai rencontré cette semaine 2 gérants d’entreprises de prestations d’accompagnement en sports d’eaux vive sur la Nive (rafting, kayak …) : UR BIZIA et ARTEKA. Pratiquant et partageant un même joyau, la Nive, nous avons quand même pris le temps de parler de notre maitresse Errobi…

Et j’ai été agréablement surpris de constater que la conscience de la nature est très présente chez des “voisins” que je prenais plutôt (pas eux précisément) pour des sportifs plutôt loin de la nature (au sens êtres vivants du terme). Grande connaissance de la vie aquatique, du cycle des insectes, des tenues des truites, du risque de piétinement des graviers… Mieux encore : connaissance et compréhension du plus agressif de ces êtres vivants : le pecheur ! Les rafteurs me semblent en fait moins dérengeants pour le milieu (malgré le bruit que peut faire une de leur procession dans les gorges de la Nive) que nombre de pécheurs. Vaut-il mieux un toqué-killer ou un raft filant à  la surface ?

J’attends vos éventuelles remarques sur les rapports pecheurs-autres usagers de la rivière.
C’est quand l’ouverture 2008 ;-( ?

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

6 réponses

  1. Cedric09 dit :

    “Vaut-il mieux un toqué-killer ou un raft filant à  la surface ?”

    Voilà  encore un site de gobeur extrémiste. Il y a autant de moucheurs viandard que de tocqueurs viandards, mais çà  a du mal à  rentrer dans la tête des palmistes qui se croient au dessus. C’est désolant…

  2. Looping dit :

    Les rafts ne tuent pas les truites ni les bons coups, les truites regardent passer les rafts comme les vaches les trains, et elles se remettent à  s’alimenter aussi vite qu’ne vache repart à  sa touffe d’herbe. En revanche, quand un moniteur de raft fait s’arrêter son groupe juste devant deux pêcheurs pour les faire plonger pendant un quart d’heure, c’est un gros trou du c**, c’est du vécu et dommage que je n’ai pas eu d’appareil photo, cela aurait été l’occasion de montrer à  quoi servait les parcours handicapés entre Lourdes et Pau …heureusement tous les mecs qui ont une pagaie entre les mains n’ont pas le même comportement, d’ailleurs il en est de même pour les pêcheurs, de tous bords et TOUTES TECHNIQUES, associer systématiquement le toc aux viandards est aussi criminel que les viandards eux-mêmes !! divisons-nous, c’est surement comme ça qu’on arrivera à  changer les choses…

  3. JFB dit :

    Vaut-il mieux un toqué-killer ou un raft filant à  la surface ?
    Le tocqué killer possède une carte de pêche tout comme ces Messieurs du fouet, non ? En cela, il cotise aussi pour la protection du milieu aquatique me semble t-il ? Est ce le cas d’un rafteur ?
    A quoi peut bien servir ce type de raisonnement, sinon comme cité plus haut à  diviser les pêcheurs ? A moins de s’en servir comme suppositoire, je ne vois pas…
    Messieurs les fouetteurs, ou plutôt certains fouetteurs, arrêtez de discréditer le toc ! Surtout en Pyrénées.

  4. Daniel dit :

    Tout a fait d’accord , les valeurs d’un pécheur ne peuvent se résumer par la technique de péche pratiquée ; le toc , pratiqué par un pécheur respecteux , n’est pas meurtrier .
    Les diverses pollutions que subissent nos rivières ( agriculture intensive , élevages ) , sans compter les oiseaux amateurs de truites fraiches , je veux parler de notre ami le cormoran , sont des killers .

  5. Nico dit :

    Messieurs les tocqueurs, je suis desole de vous dire que vous etes des killers de truites, que vous le vouliez ou non. C’est la technique qui veut ca, pas forcement le pecheur. Allez voir un peu ce qui se passe dans d’autres pays ou la culture du no kill et de la peche a la mouche est fortement ancree. Vous allez pleurer. Je n’ai rien contre d’autres techniques de peche de la truite, mais c’est un fait que la peche a la mouche est la seule qui respecte l’imperatif (et j’insiste sur le mot) de preservation de la ressource. Alors continuer a incriminer les oiseaux, la pollution, les paysans et j’en passe, est un discour sterile et utopique. Si vous n’etes pas (encore) un adepte du No Kill, commencez deja a votre niveau, au sein de vos associations, par faire evoluer dans le bon sens ces resistances d’une autre epoque que sont par exemple les mailles ridicules des poissons ou le nombre de poissons autorise par jour (la derniere fois que j’ai peche en France dans les pyrennees c’etait 10 truites par jour !! – Ridicule – Scandaleux – Inconscient), par creer plus de lineaire en reserve et de parcours sans tuer,… Vous verrez, toutes choses etant egales par ailleurs (pollution, oiseaux, paysans, raft, …), comme la qualite de peche s’en trouvera decuplee. C’est miraculeux !!!

    Conseil de Nico pecheur du monde.
    http://www.nicolascarles.com/

  6. Marcd dit :

    Je suis tombé par hasard sur ce post… bien sur tout le monde peut donner son avis, pour autant qu’il soit constructif. Toc ou mouche, quelle importance. En quoi la technique importe t’elle sur le prélèvement ou la remise à  l’eau? Pour information, sur les parcours Nokill que je fréquente en nymphe au toc, je ne croise jamais personne. Pourquoi les PALMistes sont t’ils sur les parcours kill?
    Mais ce débat est stérile, il y a des pêcheurs responsables et d’autresm qui le sont moins, toutes techniques confondues… c’est un peu comme les imbéciles à  en croire l’origine de ce post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer