Deux heures de pêche à  la mouche pour se vider l’esprit …

Elle est bien là  où je l’espérais …

… au même endroit que la semaine passée …

Planquée contre la berge dans une retourne plus que facile d’accès, mais qui nécessite une approche spécifique. Faute de quoi … la belle fuira !

Comme la semaine dernière lors d’un coup du soir après le boulot, elle m’attend. En effet, les truites du coin se sont données le mot : il est cool, ses mouches sont trop belles, il relche tout ces poissons… Elles ne rechignent donc pas à  se mettre en poste pour m’assurer des coups du soir actifs après le boulot….

La panthère du jour faisait 44 cm la semaine passée. Combien fait-elle aujourd’hui ?

Comme la semaine passée …

… seule possibilité pour lui présenter une mouche : un lancer arbalète mtiné de dapping… tout en étant planqué dans les fougères qui la surplombent. Le tout sans accrocher son bas de ligne dans ces mêmes fougères ou dans les ronces qui corsent le tout.

Comme la semaine passe, je mettrai mon temps. Je n’aurai pas 36 occasions. La première sera la bonne. Du moins c’est ce que je souhaite.

Attendre qu’elle soit en poste à  mon aval (elle disparait de temps à  autres), attendre que le vent soit favorable (il me faut un courant d’air de droite à  gauche pour poser la mouche au bon endroit), vérifier que le bas de ligne est clair, sans accroche dans la végétation …

Je suis prêt pour lui faire un petit lancer arbalète au-dessus de l’arbuste qui me sépare d’elle. Les minutes sont longues avant de la revoir s’installer à  mon aval, là  où il faut.

Elle est au bon endroit, je bande un peu plus ma canne et libère mon oreille de lièvre vers son destin d’oreille de lièvre : séduire une belle truite de la Nive … on a vu pire comme destin …. surtout pour une mouche aussi … spartiate …

La truite vient de la repérer. Elle monte légèrement, s’oriente vers elle, vers la surface. La mouche est emportée par une veine de courant vers la berge. La truite la suit, monte un peu plus, et délicatement, vient crever la surface de son museau gourmand, aspirant au passage ma spartiate imitation. Ferrage non-loupé  (à  signaler, c’est rare en ce moment).

Vu la finesse des eaux en ce moment, je suis passé sur une pointe 7X (du fluorocarbone ORVIS MIRAGE MAXNOT, en 10,7/100e donc). 

Ne pas trop lui tirer sur la gueule, et ça devrait le faire. 

Sans me presser, je la laisserais se fatiguer seule dans le courant, en, maintenant simplement la pression nécessaire. Elle est moins batailleuse que la semaine passée.

Un superbe poisson, mesuré à  45 aujourd’hui, mais je suis sùr que c’est la même : une même robe, globalement même taille. La différence d’1 cm sera imputée à  l’à  peu près de mes mesures : minorée d’1/2 cm la semaine passée, majorée d’autant ce soir. A mois qu’elle ai gobé  quelques kilos de sedges et de fourmis depuis la semaine dernière … il en faudrait …

… un si beau coin … sommes toutes très classique sur la Nive … quelle belle rivière !

Je ne ferai pas plus de poisson ce soir-là . Par contre je bataillerai avec un poisson actif, très gros poisson je crois. Je la piquoterai juste, la décrochant immédiatement.

Mais je sais où elle se nourrit … un jour … je l’aurai !

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

1 réponse

  1. salut Fred
    encore un beau poisson ,continu a nous raconter tes soirées sur la nive s’il te plait, tes articles nous amenent en bretagne tes coups du soir basques et que c’est bon.

    gerard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres contenus interessants...

En continuant sur la-peche-a-la-mouche.com, vous acceptez l’utilisation des mouches-cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OK" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer